•  
  •  
  •  
  •  
  •  

INITIATIVE – A Saint-Étienne, le cinéma d’art et d’essai Le Méliès propose aux spectateurs de faire don de leur monnaie pour financer des billets de cinéma qui seront ensuite offerts à des personnes en difficulté.

Vous connaissez peut-être le principe du café suspendu, qui est né en Italie? Payer deux cafés au lieu d’un pour l’offrir à une personne en difficulté… Le principe est à peu près le même au Méliès de Saint-Étienne, avec des tickets de cinéma…

Depuis presque 5 ans, dans ce cinéma, des spectateurs financent des tickets en alimentant une “caisse commune”, avec leur monnaie. “Le prix d’un ticket de cinéma chez nous est de quatre euros. Grâce aux dons des spectateurs, nous arrivons à financer entre deux et cinq billets par semaine“, explique Sylvain Pichon, le directeur du cinéma. Les places sont ensuite offerts à des personnes en difficulté. L’établissement a noué des partenariats avec des associations locales comme le Secours populaire ou ATD Quart Monde qui offre les tickets à leur bénéficiaires.

Cela permet à des personnes de fréquenter à nouveau les salles de cinéma après les avoir désertées, faute de moyens”, poursuit Sylvain Pichon.

Un geste solidaire qui crée du lien social

Il y avait un SDF qui venait de temps en temps fumer une cigarette devant le cinéma. Nous avons discuté un jour et je l’ai invité à venir profiter d’une place gratuite. Il a mis du temps à se présenter à l’accueil, car il n’avait pas confiance. Il n’y croyait pas. Il a fini par venir un jour voir un film. Cela l’a rendu très heureux“, se souvient Sylvain Pichon.

Pour le directeur de ce cinéma indépendant, ce petit geste solidaire peut avoir un grand impact sur des personnes en très grande précarité, car entrer dans un cinéma, c’est retrouver un lien avec la société et avec la vie.

Il constate que depuis le lancement de cette initiative à Saint-Étienne, d’autres cinémas ont décidé de suivre l’exemple en France. A l’approche des fêtes de fin d’année, il constate que les dons sont plus généreux. “C’est vrai qu’on observe un pic de dons.” Chaque année en moyenne, près d’un millier de personnes à Saint-Étienne bénéficient de la générosité des spectateurs.

A lire aussi : Le cinéma doit-il éveiller les consciences ?


  •  
  •  
  •  
  •  
  •