•  
  •  
  •  
  •  
  •  

EXTRAIT DU MAG – Selon l’ONU, en 2050, il y aura plus de plastique que de poissons dans les océans. Peut-on inverser la balance ? Tour d’horizon de quelques projets en cours.

Aujourd’hui, selon la quantité estimée de ce qui a été mal jeté ou mal recyclé, il y aurait environ 150 millions de tonnes de déchets plastiques dans les océans. On entend souvent parler de « 7e continent » ou de « continents de plastique » pour désigner l’ampleur de cette pollution. En réalité, il y a cinq zones d’accumulation, appelées gyres, réparties sur le globe. Chacune de ces zones concentrent 200 000 tonnes de morceaux plastiques, en raison des courants. Cela ressemble à une soupe de plastique, et c’est la raison pour laquelle il est très difficile de s’attaquer au problème.

The Ocean Cleanup : trop gros pour être vrai ? 

Ces dernières années, un jeune hollandais appelé Boyan Slat a fait rêver beaucoup de monde en assurant avoir imaginé un système qui permettrait de nettoyer le grand vortex de plastique du Pacifique Nord, avec un système de barrières filtrantes qui emprisonneraient les déchets. Après avoir réussi à lever plus de 40 millions de dollars, ses équipes et lui ont lancé un premier prototype, en septembre 2018.

Malheureusement, ils ont été obligés de le rapatrier quelques mois plus tard en raison de problèmes techniques. Ils n’abandonnent pas le projet pour autant, et ont promis de le relancer très prochainement. Certains scientifiques ont toutefois fait part de leur scepticisme concernant cette solution très coûteuse.

The Sea Cleaners

Le navigateur Yvan Bourgnon a créé en 2016 l’association The SeaCleaners pour s’attaquer au problème des plastiques dans les océans. Avec ses équipes, ils ont imaginé un navire, le Manta, qui permettrait de récupérer les déchets à l’aide d’un tapis roulant, et de transformer, via une « usine embarquée », une partie du plastique en carburant pour le bateau. Cette transformation s’appelle la pyrolyse.

Ils sont encore dans la phase de recherche et la construction du Manta est programmée entre 2021 et 2023. Ils espèrent récolter 10 000 tonnes de déchets plastiques par an. Conscient que cela ne va pas résoudre le problème dans sa globalité, le navigateur dit vouloir « limiter la casse ». En parallèle, il intervient régulièrement dans les écoles pour sensibiliser les jeunes à l’usage du plastique.

Plastic Odyssey

Le projet Plastic Odyssey a été monté par des jeunes ingénieurs, pour certains issus de la marine marchande. Après avoir envisagé de récupérer des déchets avec un bateau, ils ont finalement réorienté leur démarche autour de la recherche et de la pédagogie.

« Nous nous sommes vite rendu compte que les déchets qui sont à la surface des océans ne constituent qu’une infime partie de la pollution. En réalité, ce qu’il faut, c’est s’attaquer à la source du problème en diminuant notre usage des plastiques », explique Alexandre Dechelotte, responsable de la communication. Ils prévoient toujours une expédition en bateau, en 2020, mais dans le but de partager des solutions de recyclage sous forme de « micro usines » dans différents pays.  

Vous avez aimé ce sujet et souhaitez en savoir plus sur les autres projets en cours pour nettoyer les océans ? Alors n’hésitez pas à vous procurer le numéro 24 d’UP le mag sur notre boutique.


  •  
  •  
  •  
  •  
  •