EXPO – Recycler l’eau de sa douche, faire pousser de la spiruline, fabriquer une éolienne… Ces techniques utiles et accessibles sont visibles dans le parc André Citroën à Paris jusqu’au 28 octobre.

Le Low-tech Lab est une communauté de bricoleurs qui cherchent à mettre en avant des inventions qui coûtent peu cher et permettent d’adopter un mode de vie plus écolo, dites « low-technologies ». En privilégiant les matériaux de récupération, une faible consommation d’énergie, et la lutte contre le gaspillage, il s’agit de faire « mieux avec moins ».

Pendant un an, une équipe du Low-tech Lab France est partie, à bord d’un camion réaménagé en atelier itinérant, à la rencontre d’inventeurs qui ont trouvé des solutions adaptées à l’habitat occidental, pour les tester et les promouvoir. « Nous avons souhaité nous concentrer sur la question de l’habitat, considérant que c’est là que chacun peut agir à sa façon », explique Camille, responsable sensibilisation pour l’association.

Des techniques accessibles

Ces 12 inventions sont actuellement visibles dans l’exposition « En quête d’un habitat durable » jusqu’au 28 octobre, à Paris, dans le Parc André Citroën (15e arrondissement parisien). Dans un espace pensé comme un parcours dans les différentes pièces de la maison, on peut découvrir, par exemple, un système pour réutiliser l’eau de sa douche en direct, des toilettes sèches, une technique pour faire pousser de la spiruline ou encore une installation qui permet de produire du gaz à partir de déchets organiques.

Quelques exemples d’objets exposés :

Le but de l’opération est de montrer que tout le monde peut s’approprier ces « low-techs », sans être particulièrement scientifique ou bricoleur. « Certaines techniques demandent très peu de compétences, comme par exemple conserver des légumes grâce à la lactofermention, ou encore utiliser un seau à bokashi pour composter ses déchets. D’autres demandent un peu plus de bricolage, mais, en réalité, c’est plus souvent la peur plus que le manque de capacité qui peut freiner. Lorsque nous organisons des ateliers, nous remarquons qu’une fois rassurés, les gens s’en sortent très bien », souligne Camille. Les tutoriels pour fabriquer tous les objets exposés sont à retrouver ici.

L’équipe prévoit ensuite de continuer à promouvoir ces solutions, avec l’installation de ces 12 low-techs, en fonctionnement, au sein d’une tiny house itinérante, en 2019. En parallèle, Corentin De Chatelperron, figure phare de la communauté low-tech, qui a lui réalisé un tour du monde en bateau pour découvrir des inventions, sera à l’honneur dans une série diffusée sur ARTE à partir du 29 octobre.


Commentaires