EN BREF – Le Programme des Nations unies pour l’Environnement estime que les gouvernements et les acteurs non-étatiques doivent prendre des mesures urgentes pour atteindre les objectifs de l’Accord de Paris.

« Il est extrêmement improbable » que la hausse de la température par rapport à la Révolution industrielle ne dépasse pas 2°C, comme les États s’y étaient engagés durant la COP21 en 2015. Tel est le message du Programme des Nations unies pour l’Environnement (PNUE), qui publie ce mardi 31 octobre son rapport annuel. Si chaque État s’en tient aux engagements qu’il a jusqu’ici présentés, l’augmentation des températures sera plutôt de 3°C à l’horizon 2100, selon l’institution, qui se base sur plusieurs études scientifiques.

« Un an après l’entrée en vigueur de l’Accord de Paris, nous nous retrouvons dans une situation où les efforts sont encore insuffisants pour éviter un avenir misérable à des centaines de millions de personnes », affirme Erik Solheim, le patron de l’ONU Environnement. « C’est inacceptable. Si nous investissons dans les technologies adéquates, en nous assurant que le secteur privé soit impliqué, il est possible de respecter la promesse que nous avons faite à nos enfants de protéger leur avenir. Il faut que nous nous y attelions dès maintenant. »

Des solutions existent

Selon ce rapport, une grande partie de la solution résiderait dans davantage d’investissements dans l’énergie solaire et éolienne, des appareils électroménagers efficaces, des voitures particulières efficaces, du boisement et l’arrêt de la déforestation. Il faudrait également arrêter d’ouvrir des centrales électriques alimentées au charbon et accélérer la fermeture des centrales existantes. On estime qu’il y a aujourd’hui encore 6 683 centrales au charbon exploitées dans le monde.

Il faut à la fois « urgemment accélérer les actions à court terme et renforcer l’ambition à long terme », est-il écrit. Sachant que « tous les pays » sont concernés, notamment ceux du G20, qui représentent ¾ des émissions. À quelques jours de l’ouverture de la COP23, du 6 au 17 novembre à Bonn, en Allemagne, où les pays devront réfléchir à la manière de concrétiser leurs engagements, ce rapport nous rappelle que malgré l’enthousiasme né de la COP21, il reste encore énormément à faire.


Commentaires