LA QUOTI DU SAMEDI – Parce que de nombreuses solutions locales méritent d’être mises en lumière, UP le mag crée un nouveau rendez-vous. Tous les samedis, retrouvez un focus sur une initiative solidaire et durable… en région !


ÀGy, petit village de Franche-Comté, une épicerie un peu particulière vient d’ouvrir ses portes. Calqué sur le régime de nos ancêtres, Synergy Paléo propose des produits non transformés, bio, locaux et de saison. Une solution à la malbouffe qui fait de plus en plus d’adeptes.

Et si nous disions « stop » à tous ces nouveaux produits malsains que nous proposent les géants de l’industrie alimentaire ? Depuis 50 ans, notre alimentation s’est dénaturée, reposant de plus en plus sur les céréales, sur des transformations saturées d’additifs, de sel, de sucre, de graisse. Bref, notre régime est devenu nocif pour notre santé, comme en témoigne la recrudescence de cancers, l’obésité, le diabète et bien d’autres maladies.

« La société nous a fait oublier la bonne façon de s’alimenter. Ce sont les publicités qui dictent nos envies », constate Jonathan Rollin, un jeune entrepreneur qui vient d’ouvrir la boutique Synergy Paléo, près de Vesoul en Franche-Comté. « Nous ne sommes pas fait pour digérer de la mayonnaise. Notre corps n’a besoin que des matières premières », déclare-il au portail bioalaune.com.

À lire aussi : Avocat, quinoa, faire face aux contradictions du “bien-manger”

Le régime paléo pour les nuls

Calqué sur l’alimentation naturelle et spontanée de nos ancêtres, les chasseurs-cueilleurs, le régime paléo se veut brut et sans gluten. Il exclut donc tous les produits transformés, la plupart des céréales et les féculents.

Des étals pleins de fruits et légumes de saison cultivés juste à côté.

Des étals pleins de fruits et légumes de saison cultivés juste à côté.

Il repose aussi, en toute logique, sur une alimentation biologique, de proximité et de saison. La plupart des fruits et des légumes sont consommés crus ou sont cuits à la vapeur douce.

Sur les étals de Synergy Paléo, fruits et légumes côtoient de la viande, issue d’animaux élevés en plein air, des œufs mais aussi des graines, des baies, des oléagineux, comme les noix ou les amandes, ou encore des épices et des aromates. Ouvert depuis quelques semaines, le magasin permet aux producteurs locaux de distribuer leurs denrées plus facilement. La majorité des aliments proposés parcourent moins de 20 km. Une distance réduite à seulement 1 000 mètres pour les fruits et les légumes, qui proviennent d’un maraîcher voisin.

À lire aussi : Où manger vegan au restaurant ?

Une grande tendance à venir ?

Si le concept est né suite à plusieurs études scientifiques, réalisées à partir des années 1980, sur le lien entre la santé et le régime paléolithique, ce n’est que depuis une dizaine d’années qu’il prend la forme d’un mouvement. Lors du dernier Salon international de l’alimentation, la plus grande manifestation du secteur, qui décrypte les grandes tendances culinaires à venir, celle des produits bruts faisait office de grand favori et s’est largement affirmée, aux côtés des régimes à base d’insectes ou vegan.

Un élan qui semble avoir de beaux jours devant lui puisque les consommateurs apparaissent toujours à la fois plus soucieux de préserver l’environnement et plus désireux de manger sainement. Et Jonathan Rollin l’affirme : « Manger paléo vous aidera à améliorer votre santé, perdre de la graisse et prendre du muscle. » Une idée séduisante.

couv_up13Ce sujet vous intéresse ?

Retrouvez l’article “Le bio s’installe durablement” dans la 13ème édition de UP le mag

-> Découvrir le sommaire
-> Abonnez-vous pour recevoir ce numéro ou achetez-le dès maintenant !

Info inspirante ?
Avis des lecteurs 0 Avis

Commentaires