Le ski, activité de plein air, forcément en accord avec l’environnement ? Difficile d’y voir clair. Il existe toutefois un label, Flocon Vert, qui garantit les engagements écolos de certaines destinations.

La saison des séjours de ski approche à grand pas, et bientôt, des millions de vacanciers, français et étrangers, prendront la direction des pistes. Quelles conséquences pour l’environnement ? « Les principaux impacts du ski en termes d’émission de gaz à effet de serre sont les transports à 60% et l’hébergement à 30% », affirme Camille Rey-Gorrez, directrice de Mountain Riders, association d’éducation au développement durable en montagne.

« Il y a notamment la problématique des lits froids : la tendance à construire du neuf plutôt que de rénover le bâti. De nombreux hébergements sont sous-utilisés », souligne la responsable de l’ONG. On pense aussi aux conséquences sur la faune et la flore. « Beaucoup de choses sont faites pour préserver les lieux. Il y a des normes. Aujourd’hui, on n’installe pas un téléphérique comme on veut.  Mais, dès lors qu’il y a une activité humaine, il y a forcément un impact », ajoute-t-elle.

À lire aussi : Fairbooking, la réservation d’hôtels en ligne équitable

À chaque lieu ses problématiques

L’usage de plus en plus systématique de neige artificielle, par ailleurs, peut susciter des interrogations. Selon Camille Rey-Gorrez, il s’agit en effet d’un « enjeu important » mais « très variable selon les massifs ». « Tous les territoires n’ont pas les mêmes ressources en eau. Il s’agit d’une question difficile, à laquelle est souvent apportée une réponse politique mettant en avant les enjeux économiques. Mais construire des projets à long terme, en haute altitude, n’est pas la même chose que d’artificialiser des pistes à 1 000 mètres d’altitude, où il n’y aura sans doute plus de neige d’ici 2050 », estime-t-elle.

Pour les touristes, il n’est pas forcément simple de se faire un avis sur ce que font les stations concernant la planète. C’est pourquoi, pendant plusieurs années, l’association Mountain Riders a publié un éco-guide des stations de montagne, qui mettait en avant les bonnes pratiques des territoires. Puis est venue l’idée de créer le label  « Flocon Vert », attribué, depuis 2013, à ceux qui font des efforts en termes d’écologie, et pour faciliter les choix des territoires mais aussi des touristes.

À lire aussi : Slow-travel : décompressez, prenez votre temps et explorez

Une vingtaine de stations engagées

Aujourd’hui, trois territoires, Les Rousses dans le Haut jura, la Vallée de Chamonix Mont-Blanc et Châtel en Haute-Savoie, sont labélisés Flocon Vert. Une vingtaine d’autres territoires sont engagés dans la démarche pour acquérir le label. « Nous avons bien sûr l’objectif que ça grandisse, mais en gardant des critères d’excellence. Si demain tout le monde est flocon vert, ça n’a pas de sens, même si c’est bien notre objectif à long terme », affirme Camille Rey-Gorrez.

Concrètement, à quoi ressemble une station labellisée Flocon Vert ? Cela passe par différents critères, allant du transport à la gestion des déchets. Aux Rousses, par exemple, on mise sur les énergies renouvelables, avec chaufferie au bois des bâtiments communaux et panneaux photovoltaïques installés sur des toilettes sèches. À Châtel, une liaison a été aménagée entre les deux domaines skiables, pour que les skieurs puissent se rendre de l’un à l’autre à pied, plutôt qu’en voiture.

Un reportage sur les efforts réalisés à Chamonix :

Avoir une vision durable pour le tourisme en montagne, cela signifie également mettre en avant d’autres activités que le ski, comme, par exemple, la découverte des savoir-faire locaux et des espaces naturels. « Il s’agit d’un label 4 saisons. La montagne, ce n’est pas seulement le mois de février », affirme Camille Rey-Gorrez.  « Parmi les critères, la gouvernance et le social sont aussi importants que les points environnementaux, ajoute-t-elle, car une station, ce n’est pas seulement des élus, ce sont aussi différents acteurs qui doivent se concerter. » Les citoyens doivent avoir la parole, mais ils ont aussi un rôle à jouer, car une réelle évolution ne passera pas sans une prise de conscience de la part des touristes eux-mêmes.

Couv_UP11_recentreeCe sujet vous intéresse ?

Retrouvez l’article “Nos déchets, un défi pour les villes” dans la 11ème édition de UP le mag

-> Découvrir le sommaire
-> Abonnez-vous pour recevoir ce numéro ou achetez-le dès maintenant !

Info inspirante ?
Avis des lecteurs 0 Avis

Commentaires