La France a connu dernièrement des pics de pollution prolongés importants. La circulation alternée et la gratuité des transports en commun ont dû être mises en place dans certaines villes comme Paris et Grenoble. À l’avenir, quelles solutions durables s’offriront aux citadins pour se déplacer sans émettre des émissions nocives ? Zoom sur 3 innovations qui s’apprêtent à révolutionner les villes.

Une série de pics de pollution vient de chambouler le quotidien des citadins, vivant à Paris, Lyon ou encore Grenoble. Certains ont dû délaisser leur voiture pour rejoindre des transports en commun rendus exceptionnellement gratuits. Pour autant, ces mesures contraignantes semblent intervenir en aval du problème et, selon l’association Airparif, plus de 1.5 million de Franciliens sont toujours exposés à des niveaux de pollution qui ne respectent pas la réglementation. Pour lutter contre la pollution des villes, les transports en commun doivent être optimisés. Zoom sur trois pistes futuristes.

1. Un téléphérique urbain à Brest

Le téléphérique de Brest une solution pour la ville ?

Crédit : Ph. Saget

En novembre dernier, un téléphérique a été inauguré non pas dans une station de ski mais en plein cœur de Brest. Culminant à 75 mètres de hauteur, le transport en commun fait partie du réseau des bus et des tramways de la ville et permet de traverser une rivière pour rejoindre une presqu’île au cœur de la cité. Une alternative qui se révèle trois fois moins chère que la construction d’un nouveau pont levant pour cet axe maritime fréquenté par la marine nationale. Plus de 600 000 personnes pourront se déplacer chaque année sans emprunter les routes saturées. Toulouse et Orléans ont déjà commandé leur téléphérique, tandis que des projets seraient à l’étude à Grenoble, Créteil et huit autres villes françaises.

À lire aussi : Les téléphériques urbains, transport écolo de demain ?

2. Des bulles qui volent sur la Seine

La Sea Bublle naviguera-t-elle bientôt sur la Seine ?

Crédit : seabubble.fr

Et si pour désengorger les villes, on abandonnait les routes pour les voies maritimes ? Alain Thebault, une star de la voile, a imaginé la « Seabubble », une petite navette, à mi-chemin entre un bateau et une voiture, capable de survoler les flots. Le véhicule électrique, sans impact pour l’environnement, reprend le concept de l’hydroptère, un voilier pouvant naviguer hors de l’eau. Si l’idée semble farfelue, l’édile de Paris est déjà conquise et souhaite que la capitale devienne la première ville équipée. Une maquette à l’échelle 1/8e a été testée en septembre dernier et le premier prototype grandeur nature devrait voir le jour en 2017. Approché par des investisseurs du monde entier, Alain Thebault tient installer la production de son innovation en France.

À lire aussi : Quelles sont les alternatives aux transports polluants en Île-de-France ?

3. Des véhicules modulables à Strasbourg

Des véhicules électrique, numériques et modulables.

Crédit : Lohr

Lohr, un groupe alsacien spécialisé dans les solutions de transport, a conçu cristal, un nouveau véhicule électrique et numérique (réservation via une application) en location libre à la manière des Autolib’. Sa particularité ? Il sera modulable. Entre la voiture et le mini-bus, le véhicule aura deux usages : une utilisation individuelle et un mode navette de transport en commun classique. Deux à quatre véhicules pourront être reliés et conduits par un chauffeur professionnel pour transporter jusqu’à 20 personnes. La capitale du Bas-Rhin fera figure de terrain de jeu pour un test de six mois à partir de septembre 2017. Sept stations seront mises en place au sein de Strasbourg Eurométropole.

Magazine UP le mag n°12Ce sujet vous intéresse ?

Retrouvez l’article “Les taxis s’engagent pour la planète” dans la 12ème édition de UP le mag

-> Découvrir le sommaire
-> Abonnez-vous pour recevoir ce numéro ou achetez-le dès maintenant !

Info inspirante ?
Avis des lecteurs 2 Avis

Commentaires