Son invention a fait le buzz cette année, et pourtant, Simon Bernard reste sur ses gardes. Scan Eat est un projet, pas encore totalement développé, qui entend détecter les traces de pesticides sur les fruits et les légumes. Une initiative au fort potentiel.

« Je tiens à vous prévenir, parce que les médias pensent souvent que le projet est abouti. J’ai gagné un concours qui va me permettre de développer Scan Eat à partir de janvier.» Simon Bernard, 25 ans, préfère avertir dès le début de l’entretien. Son invention a fait l’objet d’articles un peu partout, vantant une idée révolutionnaire. Elle lui a permis de remporter un concours organisé par le ministère de l’Écologie. Pour le jeune homme qui faisait des études pour être officier de la marine marchande, à l’École nationale supérieure maritime du Havre, c’est une nouvelle étape qui va commencer.

À lire aussi : Décryptez (enfin) les étiquettes des aliments !

Une histoire de spectromètre infrarouge de poche

Simon prend la pose. Crédit photo : Ferrante Ferranti

Simon prend la pose. Crédit photo : Ferrante Ferranti

Intéressé par les nouvelles technologies, l’innovation et les problèmes environnementaux, l’idée lui est venue lorsqu’il est tombé sur une histoire de spectromètre infrarouge de poche. « C’est une technologie utilisée par des laboratoires pour pas mal d’analyses, mais elle prend beaucoup de place. Une version de poche permettra de reconnaître les fruits et les légumes mais pas seulement. Elle pourra aussi donner la teneur en sucre ou en calories. En soit, la technologie est ouverte pour pouvoir développer d’autres applications », explique Simon Bernard, plein d’enthousiasme.

D’ailleurs, il précise que la tendance à la miniaturisation va très certainement permettre, d’ici peu, de l’intégrer directement dans nos smartphones. Toute cette réflexion l’a mené à une conclusion : « Pour les pesticides, on est tous concernés. Ça m’intéresserait beaucoup d’obtenir ces informations en plus lorsque je m’intéresse à des aliments.» Le déclic est là : l’aventure Scan Eat est lancée !

À lire aussi : À Caen, des coccinelles comme alternative aux pesticides

Un détecteur de pesticide pour nos achats

« On pourrait contrôler et mieux orienter nos achats, et pourquoi pas faire évoluer les techniques d’agriculture, même si c’est compliqué », concède le jeune homme qui suit de très près les nouvelles manières de cultiver, comme la permaculture.

L’idée, ce serait de rendre l’outil très simple d’utilisation. Concrètement, comment ça fonctionnera ? « On cliquera et l’information sera directement disponible sur le smartphone, grâce à une application liée. L’avantage, c’est qu’on pourra l’utiliser même en faisant ses courses », explique-t-il.

Aujourd’hui, où en est-on ?

Actuellement, beaucoup de choses sont encore à régler avant de pouvoir espérer une commercialisation dans un futur proche. « Rien n’est fixé, résume l’inventeur de Scan Eat, je ne sais pas encore si je vais pouvoir utiliser cette technologie. Elle n’est pas assez précise, il faut améliorer les capteurs.»

Pour lui, le principal problème est de détecter les infimes traces de pesticides. En effet, les seuils réglementaires en France sont très bas sur les fruits et les légumes, bien qu’ils soient quand même présents et dangereux. En remportant cette année le premier prix du concours « GreenTech Écoles » du ministère de l’Environnement, il va pouvoir tester concrètement son idée.

Outre un accompagnement, Simon Bernard va intégrer un incubateur du ministère dès janvier 2017. «J’ai pu être en contact avec des investisseurs mais aussi des industriels qui travaillent sur les capteurs », déclare-t-il avant de conclure, sur une note plus sérieuse : « Je vais pouvoir constater si c’est réalisable. C’est une idée qui fait rêver, mais ce n’est pas si facile que ça [rires]. » En tout cas, UP le mag y croit !

couv_up13Ce sujet vous intéresse ?

Retrouvez l’article “Déchiffrage : le bio s’installe durablement” dans la 13ème édition de UP le mag

-> Découvrir le sommaire
-> Abonnez-vous pour recevoir ce numéro ou achetez-le dès maintenant !

Info inspirante ?
Avis des lecteurs 3 Avis

Commentaires