Nettoyants corrosifs, destructeurs d’odeur polluants, antibactériens toxiques… la plupart de nos produits ménagers sont à bannir de nos placards. Pour choisir ceux qui sont les plus écoresponsables, UP le mag fait le point sur les labels.

Le diagnostic des experts de 60 millions de consommateurs, qui a évalué en avril dernier plus d’une centaine de produits d’entretien, est effarant. Presque tous contiennent au moins une « substance indésirable », allergisante, mauvaise pour la santé mais aussi pour l’environnement (source : Les Echos). Mais comment faire le tri et éviter de polluer sa maison ? Se fier aux produits éco-labellisés est un bon début. Tour d’horizon de ces différents labels green.

One voice

large_medium_small_logo_label_onevoice_ov
large_medium_small_logo_label_bleu_ov
L’association One Voice, née en 1995, entend protéger la biodiversité, la faune et la flore. Pour éviter que des produits d’entretien, par exemple, soient testés par les fabricants sur des animaux, l’organisme propose plusieurs labels. D’abord, le label orange qui prime des produits vegan et bio. Puis, le label bleu, moins exigeant, puisqu’il ne concerne pas les produits d’origine biologique. One voice estampille les produits qui ne sont pas d’origine animale. Il y a une exeption : la cire d’abeille.

Pour retrouver les produits labellisés, cliquez par ici.

À lire aussi : Décryptez enfin les étiquettes des aliments

Sustainable Cleaning

company_logo_option1_eng_webL’association internationale de la savonnerie, de la détergence et des produits d’entretien a fondé le label en 2005, en mettant au point une charte que les entreprises sont invitées à suivre.  Objectif : limiter tout impact environnemental dans le cycle de vie des savons et des produits d’entretien. Selon la plateforme d’information Verdura, qui sensibilise à l’environnement, « c’est un label que les fabricants s’auto-attribuent et qui ne bénéficie pas d’un contrôle externe. »

À lire aussi : Consommez du poisson durable pour changer le monde

Ecocert Ecodétergentecocert-ecodetergent3002503

Ce label, lancée par Ecocert, l’organisme de certification des produits issus de l’agriculture biologique (et élaboré en concertation avec des fournisseurs, des fabricants et des distributeurs) vise également à limiter l’impact environnemental (et à informer le consommateur). Pour être primé, un produit doit contenir moins de 5 % d’ingrédients de synthèse  sur la chaîne de fabrication des produits. 1 895 produits sont labellisés, selon l’organisme de contrôle et de certification.

À lire aussi : Viande bio, ou locale, ou les deux : le guide des labels

Label européen

logo-ecolabel-europeen-1

Géré par le Comité de l’Union européenne pour le label écologique (CUELE), le label, né en 1992, vise aussi à promouvoir des produits à faible impact écologique et des produits non toxiques pour le consommateur au sein de l’UE. Le CUELE regroupe des fabricants, mais aussi des associations de défense de l’environnement qui définissent des critères pour l’obtention du certificat avec entre autres les pouvoirs publics. Il est délivré, en France, par l’organisme indépendant Afnor Certification.

NF Environnement

nf-enviDepuis 1991, Afnor délivre aussi cet écolabel à des produits respectueux de l’environnement, tout au long de leur durée de vie. Selon Eco-label.fr, une plateforme de l’Afnor, chaque catégorie de produits peut compter près de 20 % de produits primés.

Pour connaître le nom des entreprises récompensées en Europe et en France (les deux derniers labels), rendez-vous par ici. 

up81Ce sujet vous intéresse ?

Retrouvez l’article Manger bio, respecter l’environnement dans la 8ème édition d’UP le mag

-> Découvrir le sommaire et le numéro
-> Abonnez-vous pour recevoir ce numéro ou achetez-le dès maintenant !

Info inspirante ?
Avis des lecteurs 0 Avis

Commentaires