Vous avez des connaissances dans le bricolage, vous êtes partisan du do it yourself et vous souhaitez partager votre expertise ? Au contraire, vous voulez, par exemple, réparer votre four électrique, pour éviter d’en acheter un nouveau, et vous cherchez un tutoriel pour passer à l’action ? Dans ce cas, vous pourriez vous croiser sur la nouvelle plateforme Wikifab.

Une imprimante en 3D, un ordinateur fait main, une machine pour… recycler votre plastique, une table de terrasse… Tous ces objets, vous rêvez de les avoir à votre domicile ? Ou de les « améliorer » ? Avec Wikifab, lancé en juin 2016, c’est possible. Les modes d’emploi sont à votre disposition.

Les descriptifs sont assez simples. Sont affichés le niveau de difficulté, ainsi que les pièces à prévoir et la durée de la préparation… Au final, cela ressemble un peu à une recette de cuisine ! « Concevoir un objet innovant, unique, c’est créatif et valorisant pour tout le monde », estime Clément Flipo, cofondateur de l’association éditant le site web. D’après lui, cette activité permet également de lutter contre l’obsolescence programmée : « Nous avons la maîtrise du produit, nous pouvons le réparer en cas de besoin, voire le rendre plus sophistiqué. »

À lire aussi : Inventer des solutions pour le handicap

Partager ses expertises

Bricoler, créer… mais aussi partager ses connaissances ! En s’inscrivant gratuitement sur le site, chacun a la possibilité d’éditer un mode d’emploi de son choix, et, surtout, d’amender et d’améliorer les tutoriels déjà en ligne, à l’instar des articles sur Wikipédia. Pas de panique : l’auteur originel peut retrouver l’historique du contenu et, donc, sa version de la fiche. L’intérêt, également, c’est que tout le monde peut discuter avec lui. Pratique, si vous n’avez pas forcément compris une étape du mode d’emploi ou si vous souhaitez un exemple et une précision.

À lire aussi : Apprendre à bricoler avec des seniors

Des fablabs intéressés

Pour l’instant, le site web, amené à évoluer dans les prochaines semaines, compte un peu plus de 600 abonnés et environ 250 tutoriels. Clément Flipo table sur « un millier de documents d’ici la fin de l’année ».

Celui-ci est en contact avec des fablabs, intéressés par la plateforme afin de garder une trace des objets conçus en leur sein. Certains se situent à l’étranger, en Allemagne ou en Suisse.

Elles peuvent, gratuitement, récupérer la plateforme Wikifab sur leurs propres serveurs et créer leur propre fablab, avec leurs tutoriels (en suivant des consignes par ici).

Bientôt, d’ici la fin de l’année, ils pourront également synchroniser les contenus des différents sites. Deux fablabs ont d’ores et déjà sauté le pas, un en Guyane et l’autre appartenant à l’association Gold of bengal, qui conçoit des objets écolo, notamment des voiliers, fabriqués à partir de fibres naturelles.

Pour aller plus loin : Retrouver l’interview de Camille Bosque spécialiste des FabLabs lors des UP Conférences.

up61Ce sujet vous intéresse?

Retrouvez l’article “Des toits sociaux et solidaires” dans la 6ème édition d’UP le mag

-> Découvrir le sommaire et le numéro
-> Abonnez-vous pour recevoir ce numéro ou achetez-le dès maintenant !

Info inspirante ?
Avis des lecteurs 1 Avis

Commentaires