Bonne nouvelle pour les sourds et malentendants ! Il vous est désormais possible de profiter pleinement des appels téléphoniques. Et ceci, grâce à une simple application : Rogervoice. Novatrice, elle permet de transcrire les paroles dites à l’écrit.

Les conversations téléphoniques avec Olivier Jeannel ne sont pas vraiment comme les autres. Si lui est bel et bien au bout du fil, et parle de vive voix, il n’entend pas son interlocuteur. Il le lit. Le papa de RogerVoice est fier de son bébé, à tel point qu’il ne s’en sépare jamais. « Grâce à l’utilisation de la reconnaissance vocale, l’application permet aux sourds et aux malentendants de pouvoir téléphoner, explique-t-il. Je peux vous répondre de deux manières. Soit par écrit, soit à l’oral ».

Ni une, ni deux, il rédige une réponse « Bonjour, monsieur. Attendez, je vous écris ma réponse. Est-ce que vous m’entendez ? », peut-on entendre d’une voix préenregistrée. « Ça ressemble un peu à Skype, mais on a notre propre identité. »

Siri à l’origine de RogerVoice

La petite histoire derrière le concept vient d’outre-Atlantique. « Je suis né à Los Angeles, et j’ai fait mes études à Berkeley. Elles m’ont menées à Sciences Po. J’ai été surpris par la bonne couverture santé en France. Mais l’accessibilité, on n’y est pas tout à fait. J’ai travaillé ensuite pendant 8 ans à Orange. »

En 2011, c’est la révélation. « Siri me fait un déclic. » Si l’application Apple n’est pas la première à utiliser la reconnaissance vocale, c’est elle qui la démocratise. « Je me suis dit que c’était une opportunité pour les malentendants. Beaucoup de gens préfèrent appeler de vive voix plutôt qu’écrire des messages », constate-t-il.

Fort de son expérience dans la téléphonie, Olivier Jeannel se lance. Naturellement, son premier partenariat se forme avec Orange, qui va « lancer une campagne à partir de l’application ». Puis, avec SFR. « Ils m’ont même donné une récompense de lauréat jeunes talents ». Enfin, Bouygues semble aussi intéressé par le projet.

À lire: Prêtez vos yeux à un aveugle

Application Rogervoice

Capture d’écran d’une conversation avec RogerVoice

Une perpétuelle évolution

Moyennant un abonnement mensuel de 2€ pour une heure d’appel (et 20€ pour appels illimités), l’application compte environ 1450 utilisateurs actifs dans le monde, pour 5000 téléchargements.

Cependant, elle montre déjà certaines limites. Le malentendant aura besoin d’une bonne connexion 3G, sans quoi la transcription sera un peu lente. De plus, la reconnaissance vocale est assez exigeante. La diction de l’interlocuteur doit être parfaite (cf : capture d’écran), et l’environnement sonore le plus calme possible, sinon les mots seront mal interprétés. Sur cette conversation, Olivier Jeannel l’avoue : « j’ai rarement eu autant de mal avec la reconnaissance vocale », avant de nuancer. « 90% des appels que je passe ne rencontre aucun problème ».

De toute manière, l’application est jeune. Son fondateur l’assure : « elle est en perpétuel développement ».

Couv_UP11_recentreeCe sujet vous intéresse ?

Retrouvez l’article “Audrey Sovignet facilite la voie(x) de l’accessibilité” dans la 11ème édition de UP le mag

-> Découvrir le sommaire
-> Abonnez-vous pour recevoir ce numéro ou achetez-le dès maintenant !

Info inspirante ?
Avis des lecteurs 4 Avis

Commentaires