Et si vous aidiez les députés et les sénateurs à formuler des propositions de loi ? Le site Parlement & citoyens vous met en relation avec vos représentants. Si le principe a séduit 38 000 personnes, seule une trentaine d’élus ont joué le jeu.

Tout est parti d’une observation. Cyril Lage remarque que la loi est souvent « élaborée en huis clos par une minorité d’acteurs ». Un « problème démocratique », selon lui, qu’il convient de corriger au moment où les élus perdent petit à petit la confiance des Français.

Cyril Lage intègre en 2010 l’Assemblée nationale en tant qu’assistant parlementaire – « bénévole », précise-t-il – de Patrice Debray (UMP, à l’époque) et son sentiment se confirme. « Certains élus ont pris conscience qu’il fallait faire évoluer le système de l’intérieur », se souvient le partisan de la transparence en politique.

Une trentaine d’élus convaincus

Cyril Lage quitte la Chambre basse au bout d’un an et demi. Il rencontre le designer de politiques publiques Armel Le Coz avec qui il fonde l’association Démocratie ouverte, qui entend donner la parole aux citoyens dans le débat politique, via plusieurs projets. Et notamment le sien. Pour que les élus puissent les associer dans l’élaboration de leurs propositions de loi, il imagine et lance le site web Parlement & Citoyens en 2013. Son équipe « recrute » alors les premiers députés participants, dont Bruno Le Maire, pour la droite, Marion Maréchal-Le Pen, à l’extrême droite, et Dominique Raimbourg du PS.

Pour aller plus loin : retrouvez le portrait d’Armel Le Coz dans la dernière édition d’UP LE MAG

En trois ans, une trentaine de députés et de sénateurs sur 577 parlementaires ont joué le jeu. C’est (encore) peu, mais le fondateur de Démocratie ouverte garde bon espoir d’en convaincre d’autres, notamment à l’orée des élections législatives de 2017 : « C’est plus facile de discuter avec un candidat qu’un élu », sourit-il.

En revanche, côté citoyen, l’initiative plaît : la plateforme, dont l’inscription est gratuite, a convaincu 38 000 utilisateurs, en majorité des particuliers – les associations et les entreprises peuvent aussi s’inscrire et contribuer au débat.

Comment ça marche ?

L’élu peut présenter une première version du texte, au préalable découpé en trois tranches : l’exposé du problème, les causes du souci et la solution proposée. Cela permet aux citoyens de donner leurs arguments pour et contre, ainsi que des propositions. « L’idée, c’est que le plus d’opinions soient représentées, précise Cyril Lage, avant d’ajouter qu’il n’y a presque pas de modération à effectuer.

L’équipe de Parlement & citoyens, composée d’une dizaine de bénévoles, organise ensuite un débat entre le parlementaires et un panel de citoyens, invités à défendre leurs arguments. « Nous sollicitons ceux dont les commentaires ont été les plus remarqués, répond Cyril Lage, mais nous faisons aussi un tirage au sort afin d’éviter qu’il y ait pas trop de représentants de lobby, plus adroits dans leur expression.»

Puis, l’élu rédige le texte final en prenant en compte (ou pas) des arguments des uns et des autres, avant de convaincre son groupe parlementaire d’inscrire à l’ordre du jour sa proposition de loi en vue d’un débat au sein de l’Hémicycle.

Vidéo de présentation de Parlement & citoyens

Magazine UP le mag n°12Ce sujet vous intéresse ?

Retrouvez l’article Armel Le Coz réinvente la politique dans la 12ème édition de UP le mag

-> Découvrir le sommaire
-> Abonnez-vous pour recevoir ce numéro ou achetez-le dès maintenant !

Info inspirante ?
Avis des lecteurs 2 Avis

Commentaires