Quand la pollution de l’air dépasse les seuils d’information ou d’alerte, on assiste à ce qu’on appelle des pics de pollution. Quels sont les réflexes à adopter dans ce type de cas ?

Certaines personnes sont plus sensibles que d’autres à la qualité de l’air. Les enfants âgés de moins de 8 ans, la femme enceinte et les personnes souffrant d’asthme ou de maladie respiratoire et cardiaque devront aussi être plus vigilantes. Les seniors de plus de 65 ans peuvent également développer une sensibilité particulière en cas forte présence de polluants dans l’air.

Pic

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, il est inutile d’éviter d’aérer son appartement quand la pollution de l’air est importante. Le vélo et la marche, lorsque l’allure est modérée et que l’on s’éloigne le plus possible des voitures, sont les moyens de transport qui nous expose le moins aux polluants atmosphériques. Autre idée reçue, le port d’un masque chirurgical ou d’un foulard n’empêche pas les polluants de pénétrer dans votre organisme. Enfin, lors d’un pic de pollution, n’hésitez pas à consulter votre médecin ou votre pharmacien si vous avez du mal à respirer, une crise d’asthme, une toux sèche ou les yeux irrités.

Retrouvez l’ensemble de nos conseils sur la qualité de l’air en fiches téléchargeables ici.

couv_up_le_mag
Retrouvez également le dossier sur la qualité de l’air “Comment mieux respirer demain ?” dans UP le mag n°10 :

-> Découvrir le sommaire

-> Abonnez-vous pour recevoir ce numéro ou téléchargez-le dès maintenant !


Commentaires