La plus célèbre des tours parisiennes prend une certaine indépendance énergétique depuis quelques jours, avec l’installation de deux éoliennes destinées à produire 10 000 kWh par an, une quantité symbolique au regard de ce que la dame de fer consomme…

Installées à 127 mètres haut-dessus du sol et hautes de 7 mètres pour une envergure de 3 mètres, les nouvelles gardiennes de la tour Eiffel donnent un effet tout aussi futuriste que la tour elle-même, il y a 126 ans.  A vrai dire on ne les perçoit que très difficilement, leur couleur et la forme de leurs ailes se confondant avec la structure métallique. Dotée d’amortisseurs de vibrations, les éoliennes ne produiront que 40 décibels de bruit, afin d’éviter toute nuisances sonores aux 7 millions de visiteurs qui s’y rendent chaque année.

L’installation fait suite à une année d’études et de calculs, mais avait été déconseillée par l’Ademe qui a récemment publié une fiche technique annonçant les désavantages des éoliennes en milieu urbain, de leur coût très élevé à leur faible performance en passant par la mauvaise qualité du vent en ville. En effet, chaque éolienne produit 3.5 KW tandis que le monument consomme environ 6,7 GWh par an, elles ne servent donc qu’à alimenter la boutique du 1er étage.

En marge de l’installation des éoliennes, la Tour Eiffel a bénéficié de l’installation d’un système de récupération de l’eau de pluie destiné à alimenter les chasses d’eau des toilettes, d’un éclairage LED privilégié aux ampoules classiques, ainsi que d’une refonte de son système de chauffage.

info inspirante ?
Avis des lecteurs 0 Avis

Commentaires