Une bande-dessinée, une pétition et une prise de conscience de l’opinion publique n’auront pas suffi à faire plier les eurodéputés, lors du vote sur l’interdiction du chalutage en eaux profondes, le 10 décembre dernier.

Un sujet en partenariat avec le réseau de radio RAJE.

Le Parlement européen a rejeté le mardi 10 décembre l’interdiction du chalutage en eaux profondes. Cette technique de pêche consiste à racler les fonds marins avec un filet lesté par des boules d’acier. Ainsi, le filet dont la taille équivaut à celle de 4 terrains de foot ramasse absolument tout sur son passage. Aux yeux de l’association Bloom qui s’appuie sur plusieurs études scientifiques, cette méthode est la plus destructrice pour la biodiversité marine. Une évidence qui n’a pas convaincu les députés européens. En France, l’opinion publique était pourtant acquise à cette cause. Notamment grâce à la bande dessinée de Pénélope Bagieu, baptisée « Prends 5 minutes et signe, copain ». Face à ces signaux positifs, il était facile de croire que le Parlement européen voterait pour l’interdiction. Mais il n’en est rien, comme l’explique Victoire Guillonneau, chargée de programme chez Bloom :

L’association a également déposé, il y a plus d’une semaine, une pétition au président de la République, François Hollande. Même si plus de 760 000 signatures ont été recueillies, l’Elysée n’y a pas donné suite. Mais la mobilisation a tout de même été utile : les enseignes Casino et Carrefour ont annoncé qu’ils arrêteraient de s’approvisionner en espèce d’eaux profondes courant 2014.


Commentaires