INITIATIVE LOCALE – L’association a créé un café associatif et facilite rencontres, animations et activités dans la ville de Caen et ses alentours.

L’association Bande de Sauvages a été créée en 2012 par une bande de copains, des étudiants en arts du spectacle ou des jeunes adultes venus d’autres horizons, qui souhaitaient créer des événements en rapport avec leurs convictions. « On avait envie de faire des choses en rapport avec l’écologie, mais on trouvait que tout ce qui se faisait sur le sujet était un peu chiant, alors on a monté une association en lien avec notre savoir-faire événementiel. On a choisi un nom qui reflète notre côté naturel et, en même temps, montre qu’on est une bande de gens un peu foufous », relate Violaine, 29 ans, coordinatrice de l’association.

Une sortie vélo organisée par l’association

Pensant au départ à un projet de camping, les jeunes se sont finalement tournés vers un projet de café associatif, qui a ouvert dans le centre-ville de Caen en 2014. Un lieu entièrement géré par des bénévoles, proposant régulièrement des repas, avec un accent mis sur l’alimentation durable. Un lieu de convivialité et de partage également, avec l’organisation de concerts, et en accès libre, machines à laver, téléphones, ordinateurs ou encore instruments de musique. « Chaque membre pouvant proposer des choses, cela a donné lieu à de belles rencontres et nous sommes rapidement arrivés avec beaucoup de projets », explique Violaine. Des activités très variées sont organisées, de l’écriture au tricot en passant par des soirées karaoké. Un groupe a même pour projet d’ouvrir une école démocratique.

Un reportage de France 3 sur le « Café Sauvage » :

Bientôt un restaurant

Les boissons, comme les repas et les activités, sont proposés à prix libre. Un fonctionnement gagnant, qui permet à l’association de se financer en autonomie et de brasser un public varié. « Par exemple, lors des repas, certains donnent beaucoup d’argent, mais nous accueillons aussi des personnes plus précaires ou en difficulté », affirme Violaine. L’association, qui se veut novatrice dans sa gouvernance, comptait 3111 membres au 31 décembre 2016, 4 salariés, 8 coprésidents, 197 membres inscrits comme bénévoles, dont la moitié sont régulièrement actifs. Martin, 30 ans, par exemple, s’investit beaucoup dans les activités liées à la cuisine. « Cela me fait du bien de m’impliquer dans quelque chose que j’ai complètement choisi, pour le plaisir. Cette expérience m’apprend aussi beaucoup à communiquer », rapporte-t-il. Selon lui, c’est une chance pour Caen d’avoir de nombreuses associations qui font bouger la ville.

Le bail du local du café étant arrivé à terme, les activités sont actuellement organisées chez différents membres, en attendant de trouver un autre lieu. Mais l’association se concentre surtout actuellement sur un autre projet plus important : l’ouverture, en janvier 2018, d’un restaurant associatif de 200 m², fonctionnant dans le même esprit que le café, avec toutefois une petite fourchette de prix (entre 6 et 12 euros le repas). Ce projet, monté grâce à différentes subventions publiques, sera installé dans le quartier prioritaire de La Grâce de Dieu. Un défi pour l’association qui veut y toucher un nouveau public, tout en attirant dans son nouveau lieu ceux qui la connaissent déjà. Mais ce n’est pas tout, Bande de Sauvages expérimente aussi un café associatif en zone rurale, à Airan, et souhaiterait lancer une « flotte sauvage », pour des activités et/ou du transport, avec des bateaux qui lui ont été donnés. Les idées bouillonnent, et cela semble tout, sauf chiant !


Commentaires