Les 28 membres de l’Union européenne devaient autoriser ou refuser ce jeudi la prolongation de la licence du glyphosate, l’herbicide controversé. Mais ils n’ont pas réussi à s’entendre. Le vote est repoussé à « fin novembre ».

Encore raté à Bruxelles ! Les représentants des 28 États membres de l’Union européenne n’ont pas pu s’accorder, ce 9 novembre, sur un renouvellement de la licence du glyphosate, qui arrive à terme le 15 décembre prochain.

Bruxelles propose de prolonger l’autorisation de l’herbicide controversé encore cinq ans. Une majorité de pays ont dit « oui », mais la majorité qualifiée requise (65 % de la population de l’UE) n’a pas été atteinte. Et ce, car de nombreux pays se sont abstenus. Il s’agit de l’Allemagne, du Portugal, de la Pologne, de la Bulgarie et de la Roumanie.

Produit nocif

Quant à la France, elle l’avait promis, elle a dit « non ». Nicolas Hulot préfère une prolongation de trois ans, juste pour que les agriculteurs, qui utilisent le produit décrié, puissent avoir le temps de trouver des alternative.

« Prenant en compte ses obligations légales et le fait que l’autorisation actuelle expire le 15 décembre, la Commission européenne va maintenant soumettre la proposition à un comité d’appel, fin novembre« , dit-on à la Commission, qui avait déjà repoussé le vote précédemment pour absence de consensus.

Le produit est jugé comme dangereux, nocif. Et c’est ce qu’a rappelé Marie-Monique Robin, auteure du documentaire Le roundup face à ses juges, que nous avions chroniqué.


Commentaires