EN BREF – Le Réseau Cocagne, qui rassemble, depuis 1999 en France, une centaine de jardins bio en chantier d’insertion, a posé, mercredi 6 septembre, la première pierre de la Maison Cocagne sur le plateau de Saclay, en Essonne. C’est ici que seront intégrés le siège national et un centre de formation.

Située à Vauhallan, à quelques kilomètres de Massy, dans le Sud de Paris, la Maison Cocagne désignera, dés 2018, le futur site national de la structure regroupant actuellement plus de 107 jardins, 4 000 salariés en réinsertion, 750 salariés permanents et 1 840 bénévoles.

En son sein – 2 300 hectares – il y aura, dans un an, un nouveau jardin en chantier d’insertion, un centre de formation en maraîchage biologique notamment pour les encadrants des jardins de Cocagne, un restaurant (la table de Cocagne), mais aussi le siège national du réseau. Ont été présents à la cérémonie de la pose de la première pierre de cet espace, des partenaires financiers du Réseau Cocagne tels que la fondation Carrefour, ou encore la banque coopérative la Nef, grâce auxquels le site a pu être acheté en 2013, aux soeurs bénédictines de l’Abbaye Saint-Louis du Temple (voisines des lieux) et également présentes pour la pose.

Le premier jardin à Besançon

Les jardins de Cocagne proposent des paniers de fruits et de légumes bio, avec une particulier : celle de fonctionner avec des personnes exclues du marché de l’emploi et précaires, réinsérées grâce à la terre. Le premier jardin a été ouvert à proximité de Besançon en 1991 par Jean-Guy Henckel.

À lire aussi : l’entretien de Margaux Morin, responsable éditoriale et de la communication du Réseau Cocagne dans le dernier numéro d’UP le mag.

Commentaires