•  
  •  
  •  
  •  
  •  

CULTURE – Avec le Greenpeace Film Festival, visionnez gratuitement une dizaine de films et de docus, puis votez pour celui que vous préférez. À l’issue du festival (qui aura lieu du 13 au 27 janvier), le prix du public sera diffusé dans plusieurs villes françaises.

Les 15 films et documentaires en compétition, de tous les pays, sensibilisent sur de nombreux aspects du réchauffement climatique et sur les graves conséquences des activités humaines sur la planète. La Terre brûle, et les réalisateurs pointent du doigt ce qui ne fonctionne pas dans nos systèmes de production. Ils questionnent la surconsommation de produits en tout genre, à l’instar des vêtements fabriqués aux quatre coins du globe et qui font le tour du monde avant qu’on ne les utilise.

La montée des eaux menace de nombreuses populations des îles en Océanie, qui se rebiffent pour qu’on les écoute… enfin. Les océans vont mal… Les déchets plastiques et les micro-plastiques mettent en péril la biodiversité marine. Sur terre, les sols s’appauvrissent de par l’agriculture intensive. En Afrique, des emplois dans l’élevage disparaissent… à cause d’accords commerciaux avec l’Europe. Autant de thématiques abordées par les auteurs des films

“Le citoyen a le pouvoir entre les mains”

Mais, dans chaque pays, ça bouge ; des citoyens, conscients des problèmes, se mettent à changer, à faire évoluer leurs pratiques pour vivre en harmonie avec la nature. « Le citoyen a le pouvoir entre les mains », entend-on dans un des documentaires mis en avant lors du festival.

Car tel est bien l’objectif : à travers ces films, il s’agit de mettre en lumière des solutions au niveau local et d’accompagner le plus de citoyens possibles vers le changement et la transition.

Pour participer au festival, rdv ici.


  •  
  •  
  •  
  •  
  •