•  
  •  
  •  
  •  
  •  

A VOIR – En cette période de fin d’année, si vous preniez le temps de voir ou revoir les films ou séries qui questionnent, éveillent, ou inspirent sur les enjeux écologiques et sociaux actuels ? Voici quelques pistes.

Les Invisibles, de Louis-Julien Petit avec Corinne Masiero, et Audrey Lamy, un film sorti en janvier 2019.

Des travailleuses sociales dévouées se heurtent aux limites du système pendant que des femmes sans-abri, blessées par la vie, tentent de se reconstruire. Leurs histoires s’entremêlent dans cette comédie sociale réalisée par Louis-Julien Petit. Après Discount, qui traitait déjà le sujet de la précarité et de la résilience, le réalisateur signe un film où les femmes illuminent l’écran à la fois par leur force et leur vulnérabilité. Le cinéaste, touché par le documentaire sur les femmes SDF, diffusé en 2014, Femmes invisibles, survivre à la rue a décidé de s’en inspirer pour créer ce film aussi drôle qu’émouvant. Il témoigne d’une réalité : 40 % des SDF sont des femmes. Des femmes invisibles, car elles se cachent pour fuir la violence de la rue.

Le documentaire autrichien L’illusion verte de Werner Boote, un docu sorti en février 2019.

À en croire les étiquettes et les déclarations des dirigeants des multinationales, tout le monde s’est mis au « vert », au « durable » et à « l’écoresponsable ». La réalité est bien différente, et il faudrait être un peu naïf pour ne pas s’en douter. On appelle cela le greenwashing ou l’éco-blanchiment, quand le discours écolo n’est qu’une façade. Chez les consommateurs, cela laisse le sentiment désagréable d’être pris pour des idiots. Mais surtout, les pratiques des entreprises ont des conséquences négatives bien réelles sur l’environnement. Le film L’illusion verte s’attache à le démontrer.

On a 20 ans pour changer le monde de Hélène Médigne, un film sorti en DVD en mai 2019.

On a 20 ans pour changer le monde… et tout commence par la terre qui nous nourrit. Le constat est là : 60 % des sols sont morts, et le mode de production actuel ne parvient pas à nourrir la planète. Mais des hommes et des femmes relèvent le défi et démontrent que l’on peut se passer des pesticides et des intrants chimiques pour toute notre alimentation. Grâce à leur énergie communicative qui bouscule les discours et les habitudes, un autre monde est possible ! 

L’Effondrement, la série française du trio de réalisateurs engagés “Les parasites“, une série diffusée sur Canal + en novembre 2019.

Et si la fin du monde tel que nous le connaissons était plus proche qu’on ne le pensait ? Un trio de réalisateurs engagés s’est emparé du sujet de l’effondrement dans une fiction française volontairement noire pour marquer les esprits. “C’est une série d’anticipation d’un futur proche. Nous avons opté pour un réalisme absolu, avec 8 épisodes de 15 minutes entièrement tournés en plan séquence”, lance Andréa Vistoli, cofondateur de Et Bim production, qui produit la série. Dans l’épisode ci-dessus, intitulé La station-service, la pénurie de carburant crée une situation chaotique. “On aborde dans cette série des vérités qui ne font pas plaisir. L’idée n’est pas de créer un sentiment d’impuissance, mais d’envoyer un message d’alerte très fort. C’est aussi le cri de colère d’une génération“, poursuit le jeune producteur.

Foutu pour foutu de Agathe Bru et Romain Sanchez, docu sorti sur Imago TV, en décembre 2019.


Comment trouver son chemin dans un monde qui ne fait plus sens ? C’est la question à laquelle tente de répondre Agathe Bru et Romain Sanchez, deux jeunes diplômés, âgés de 25 ans, dans ce documentaire indépendant qu’ils ont réalisé ensemble. Il est diffusé en exclusivité et gratuitement sur la plateforme IMAGO (le “Netflix écolo”).


  •  
  •  
  •  
  •  
  •