•  
  •  
  •  
  •  
  •  

EN BREF – WWF-France a lancé une campagne sur les réseaux sociaux pour alerter les élus sur la pollution plastique et pour que les élus s’attaquent à ce fléau : la surconsommation des produits en plastique jetables.

Le projet de loi anti-gaspillage pour une économie circulaire est en cours de discussion à l’Assemblée nationale, avec un examen en séance plénière prévu dans les prochains jours.

Au départ, pour atteindre l’objectif de recycler 100 % des plastiques en 2025, le texte prévoyait l’instauration d’une consigne visant à mieux recycler et valoriser les emballages plastique. Sans oublier la mise en place de la consigne visant à collecter et réemployer les bouteilles en verre.

Mais le Sénat, en première lecture, a rejeté la mesure concernant la consigne pour les bouteilles en plastique, notamment. Et lors du Congrès des maires, la semaine dernière, le chef de l’Etat a assuré que le principe de consigne ne serait pas imposé, ce qui a irrité certaines associations, selon lesquelles il faut s’attaquer à la surconsommation des déchets en plastique jetable. WWF soutient en particulier l’interdiction des sacs en plastique distribués ou vendus en magasins. L’organisation demande également la fin de tous les plastiques non recyclables, ainsi que l’instauration massive de la consigne, qui permettrait, selon elle, de lutter contre le tout-jetable.

Pour que ce sujet reste sur la table, l’ONG WWF France a lancé une campagne sur les réseaux sociaux, pour aborder la question de la surconsommation du plastique et la pollution dans les mers qu’elle engendre de facto.

Tout a déjà été dit

Exemple, chaque année, 600 000 tonnes de déchets plastiques sont rejetés en mer Méditerranée par 22 pays, comme l’a rappelé WWF en juin dernier. Et, plus récemment, la fondation Tara Ocean, à la suite d’une expédition scientifique sur plusieurs grands fleuves (la Tamise, la Seine, la Loire, la Garonne, le Rhône, le Rhin, le Tage, le Tibre et l’Elbe), a révélé que ces cours d’eau contenaient tous des microplastiques.

L’idée de l’organisation écolo est donc de rappeler les faits, et de relayer articles, vidéos, sons sur le sujet, avec le hashtag ToutADejaEtéDit, histoire de montrer que l’ampleur des dégâts est bien connu. Chaque citoyen est invité à relayer sur son réseau… pour inciter les citoyens à changer de comportements au quotidien et interpeler les élus.


  •  
  •  
  •  
  •  
  •