•  
  •  
  •  
  •  
  •  

INITIATIVE – Comment agir ensemble pour l’environnement ? C’est la question lancée par la plateforme de consultation citoyenne indépendante Make.org. L’objectif de la démarche ? Collecter des idées issues de la société civile pour les mettre en oeuvre sur le terrain. Explications avec Axel Dauchez, fondateur de Make.org.

Quelle est la vocation de Make.org ?

Pour faire émerger des “consensus engageants”, Make.org a développé une plateforme unique de consultation massive, capable de toucher plusieurs millions de personnes. En répondant à une question ouverte d’intérêt général, chacun peut faire des propositions et voter sur celles des autres participants. Notre objectif est d’utiliser la technologie pour fédérer les acteurs de la société civile (ONG, associations) et les citoyens pour identifier les solutions à différentes problématiques d’intérêt général. Nous facilitons des ateliers pour créer un plan d’action et cherchons des fonds philanthropiques pour financer sa mise en œuvre sur le terrain.

Quelles actions avez-vous déjà financé grâce à ce processus ?

Nous l’avons fait par exemple sur la question des violences faites aux femmes juste avant que le sujet explose sur le terrain médiatique avec #MeeToo. Aujourd’hui, des chambres d’hôtels non occupées sont réservées à des femmes victimes de violence conjugales qui ont besoin d’une mise à l’abri rapide. Cette action a été mise en place grâce à un partenariat entre un groupe hôtelier et le 3919, Violence Femmes Info, le numéro d’écoute national destiné aux femmes victimes de violences. Nous avons également favoriser la création d’une formation pour les fonctionnaires de police afin d’améliorer l’accueil des victimes de violences sexuelles en partenariat avec des associations féministes. La société civile a un pouvoir d’impact complémentaire de l’action des pouvoirs publics. Les associations sur le terrain connaissent bien les enjeux, notre rôle est juste d’être un catalyseur pour créer les conditions d’une action massive.

Quel est l’objectif de la consultation que vous lancez sur l’environnement ?

Nous avons lancé la question “Comment agir ensemble pour l’environnement ?”, le 5 novembre, et la consultation va durer jusqu’au 19 janvier. 500 000 personnes vont être interrogés. Nous avons développé un outil d’analyse assez pointu qui permet d’identifier à la fois les points de controverse, mais aussi les points de consensus. Nous nous concentrons sur les points de consensus, pour dégager une dizaine d’idées phares. Nous allons ensuite faire travailler des associations, des entreprises et des médias partenaires au sein d’ateliers, pour proposer des plans d’actions très concrets. Dans le cadre de cette consultation, par exemple, une quarantaine d’associations environnementales sont mobilisées. Au total, le processus qui va de la collecte d’idées à la mise en place d’actions concrètes sur le terrain va durer 3 ans.

Qu’est-ce qui garantit l’indépendance de votre plateforme ?

Nous sommes constitués en entreprise pour ne pas dépendre d’éventuelles subventions comme c’est le cas pour les associations. Nous créons des partenariats avec des entreprises et des fondations d’entreprises. Nous disposons d’une charte éthique, et la transparence est l’un de nos engagements. Un Conseil éthique composé d’experts indépendants et référents dans leur domaine et d’utilisateurs tirés au sort sont chargés de vérifier quatre fois par an, si nous respectons bien notre charte. Ce conseil a accès à la totalité des décisions opérationnelles, stratégiques et financières de Make.org.

A lire aussi : La convention citoyenne pour le climat, c’est quoi ?


  •  
  •  
  •  
  •  
  •