•  
  •  
  •  
  •  
  •  

INITIATIVE – Depuis 2018, l’association La Fresque du climat organise des ateliers ludiques, participatifs et créatifs du même nom, afin de sensibiliser le plus grand nombre aux conséquences des activités humaines sur le réchauffement climatique. On a joué le jeu.

Depuis trente ans, les scientifiques du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec) analysent, dans leurs rapports, publiés régulièrement, les répercussions des activités humaines sur la planète bleue. Ils alertent régulièrement sur les risques que les sociétés encourent, et tentent de trouver des pistes visant à minimiser les bouleversements climatiques. Le souci, c’est que les rapports font plusieurs centaines de pages et que peu les lisent. Trop longs, trop lourds ?

Toujours est-il que Cédric Ringenbach, ex-directeur du think tank de la transition carbone The Shift Project, qui enseigne, par ailleurs, sur les problématiques énergie-climat dans l’enseignement supérieur, a mis en place un outil collaboratif et ludique pour diffuser les connaissances scientifiques.

Mieux comprendre pour mieux agir

Il s’en est d’abord servi dans ses cours pour ses étudiants, puis a créé une association visant à diffuser la méthode d’apprentissage, voyant que « le concept fonctionnait ». On lui demande pourquoi. « Sans doute grâce à la méthode ludique et créative, répond-il. Cela permet de faire passer la pilule, étant donné que l’actualité du réchauffement climatique n’est pas forcément une info très agréable à entendre. »

Aujourd’hui, l’asso organise des ateliers lors d’événements, dans les écoles, en entreprise, mais aussi auprès des élus. L’auteur de ces lignes a participé à un atelier, prévu à la Cité des sciences et de l’industrie, à Paris, à la Biomim’Expo.

Le but du jeu : concevoir une fresque du climat visant à déterminer toutes les conséquences… désastreuses des activités humaines sur les océans, les sols, la végétation et la faune. Hausse des températures, fonte des calottes, hausse du niveau de la mer… Il s’agit de déterminer, en petits groupes, les causes et les conséquences de chaque composantes du réchauffement climatique. Et ce, grâce à l’aide des animateurs… qui finissent par nous déchiffrer les rapports du Giec, en quelques minutes ! Car, comme l’explique une animatrice, « mieux comprendre, c’est aussi mieux agir ! »

“Message positif”

Durant l’atelier, une fois que la fresque a été réalisée, les participants échangent sur leurs actions au quotidien qui pourraient avoir un impact. Alimentation, logement, transport… Tout a des répercussions. En prendre conscience, c’est déjà se bouger !

Depuis quelques mois, les Français se mobilisent de plus en plus et font, à leur niveau, leur part du colibri. Or, il y a encore de nombreux messages à faire passer, affirme Cédric Ringenbach. Accepter que les activités humaines ont des répercussions concrètes sur la catastrophe climatique n’est pas chose aisée. « Il ne faut pas culpabiliser, on est tous dans le même bateau, dire que c’est la faute des autres ne va pas arranger les choses. On y va ensemble, il faut adresser un message positif. »


  •  
  •  
  •  
  •  
  •