•  
  •  
  •  
  •  
  •  

INITIATIVE – Pour faire baisser les factures d’énergie et proposer une alternative écologique aux isolants industriels minéraux ou pétrosourcés, certains maîtres d’ouvrage se tournent vers un matériau simple et efficace : la paille ! Des collèges, des mairies, des gymnases et des salles de concert sont aujourd’hui conçus en France avec ce matériau alternatif.

De nombreux professionnels, artisans et maître d’ouvrage, commencent à se former à cette technique d’isolation à base de paille“, explique Jean-Baptiste Thevard, le fondateur d’ACCORT-Paille, une société coopérative qui œuvre pour le développement de la botte de paille comme matériau d’isolation.

Concrètement cette agence forme des professionnels du bâtiment à cette technique, cherche de nouveaux marchés et accompagne les projets de sa conception à sa réalisation. Aujourd’hui en France, des collèges, des lycées, des gymnases, des mairies, des salles de concert sont construits avec des bottes de paille dans ses murs.

Cette technique d’isolation est encore alternative, car plus de 80 % des bâtiments qui sortent de terre aujourd’hui sont isolés avec de la laine de verre ou du polystyrène… Les isolants écologiques que sont la paille, le chanvre, le lin, la ouate ou la fibre de bois ne représentent que 10 % du marché. L’objectif d’ACCORT-Paille est aujourd’hui de développer la filière paille en France.

Un isolant naturel, disponible en circuit court

La paille est un excellent isolant thermique, car elle garde la chaleur en hiver et la fraîcheur en été“, poursuit Jean-Baptiste. Il s’intéresse au potentiel de ce matériau local, facilement accessible et peu coûteux. L’utilisation de la paille permet de réaliser des économies de chauffage, jusqu’à 1 000 euros par an pour une maison individuelle de 120 mètres carré. Cette technique permet d’alléger la facture énergétique dès la conception du bâtiment, car le système de chauffage est totalement repensé et le budget des installations est revu à la baisse.

La climatisation n’est plus nécessaire, car le bâtiment se régule et fonctionne différemment. L’enjeu est aujourd’hui de faire progresser cette solution en France et, pour cela, tous les professionnels du secteur du bâtiment sont à convaincre. La technique remet en question les habitudes. Il y a encore quelques résistances psychologiques, car la paille n’est pas perçue comme un matériau “noble”.

Un retour aux origines de l’éco- construction ?

La plus ancienne maison en paille connue en France qui se trouve à Montargis (en Loiret) a été construite en 1920 par l’ingénieur Émile Feuillette. Elle est le symbole de la durabilité de la construction en paille.

Dans un contexte d’après-guerre, Émile Feuillette, confronté à des contraintes de temps et des contraintes économiques, a fait preuve de créativité. Son système a même fait l’objet d’un dépôt de brevet aux États-Unis en 1923. Près d’un siècle plus tard, cette technique d’écoconstruction progresse doucement, dans un contexte où les enjeux environnementaux et énergétiques sont au premier plan. Selon le Réseau français de la construction paille (RFCP) qui regroupe les différents acteurs de la construction paille, on compterait en France environ 5 000 bâtiments contenant de la paille sur tout le territoire, et 500 nouvelles constructions chaque année.

A lire aussi : Comment les Français rêvent de leur habitat ?


  •  
  •  
  •  
  •  
  •