•  
  •  
  •  
  •  
  •  

CULTURE – Et si la fin du monde tel que nous le connaissons était plus proche qu’on ne le pensait ? Un trio de réalisateurs engagés s’est emparé du sujet de l’effondrement dans une fiction volontairement noire pour marquer les esprits. Elle sera diffusée sur Canal+ Décalé le 11 novembre 2019.

C’est une série d’anticipation d’un futur proche. Nous avons opté pour un réalisme absolu, avec 8 épisodes de 15 minutes entièrement tournés en plan séquence“, lance Andréa Vistoli cofondateur de Et Bim, qui produit la série. Dans le premier épisode intitulée La Station-Service, on découvre l’acteur Philippe Rebbot, en citoyen confronté à une crise sans précédent. Le téléspectateur est plongé sans complaisance dans le chaos, 6 jours après l’effondrement de la civilisation industrielle. L’argent n’a plus de valeur, la nourriture devient la denrée la plus convoitée, les habitants sont même prêts à tuer pour de l’essence. Le décor est posé.

Episode 1 : La station-service

On aborde dans cette série des vérités qui ne font pas plaisir. L’idée n’est pas de créer un sentiment d’impuissance, mais d’envoyer un message d’alerte très fort. C’est aussi peut-être le cri de colère d’une génération“, poursuit le jeune producteur. Andréa connaît bien le trio, tous les trois membres du collectif Les Parasites à l’origine du projet. Ils sont diplômés de la même école de cinéma et partagent depuis 10 ans, le même sentiment d’urgence face au changement climatique.

A lire aussi : Comment le cinéma apprend à devenir écoresponsable

Un trio de réalisateurs militants

Extinction massive des espèces, fonte des glaces, déforestation des forêts primaires… Notre façon de vivre détruit la planète, difficile aujourd’hui d’en douter. Des chercheurs comme Pablo Servigne, auteur avec Raphaël Stevens de Comment tout peut s’effondrer, ou encore l’ingénieur Jean-Marc Jancovici, fondateur de Carbone 4 ont fortement inspiré les jeunes auteurs-réalisateurs. Ils ont réalisé ces dernières années des courts-métrages comme Lanceurs d’Alerte, Jeu de Société ou Crise d’empathie, diffusés sur leur chaîne Youtube. Ils y questionnent les dérives du capitalisme, le manque d’empathie ou encore la surveillance généralisée.

Avec l’Effondrement, un cap vient d’être franchi, avec l’envie de sortir les esprits engourdis du déni face à la crise environnementale. L’équipe de la série a bien conscience que le côté anxiogène du scénario peu effrayer. “C’est pour cela que nous allons proposer un 9ème épisode making-of, avec des solutions pour répondre aux problèmes pointés du doigt dans la série“, explique Andréa.

L’Effondrement, un tournage écologique et responsable

La production a poussé la cohérence jusqu’au bout en appliquant une organisation responsable antigaspi et écologique au cours du tournage. Il a démarré en mars et a mobilisé sur certains épisodes jusqu’à 100 figurants, sans compter l’équipe de techniciens. Pauline Gil, chargée de production responsable sur le tournage a mis en place des actions pour réduire les déchets et limiter au maximum l’impact carbone.

Les repas ont été préparés avec des denrées fournies en vrac par l’enseigne Day by Day, les dosettes de café ont été abandonnées au profit du café moulu et de filtres lavables. Les mégots ont été collectés pour être recyclés en mobilier urbain par l’association Greennminded. Les acteurs et les techniciens ont été transportés en minibus pour limiter l’émission de Co2. Des exemples de gestes écologiques et économiques : “Remplacer les bouteilles d’eau en plastique d’une équipe de tournage pendant 6 semaines, par des gourdes et des fontaines à eau permet d’économiser jusqu’à 2 000 euros “, précise Pauline Gil. Une consommation raisonnée qui est loin d’être la norme dans le milieu du cinéma. La profession commence tout juste à s’ouvrir à des pratiques responsables malgré la création du collectif Ecoprod en 2009, qui rassemble des acteurs comme France Télévisions ou encore l’ADEME. La série L’Effondrement, pourrait donc démontrer qu’un autre monde est possible… également dans le cinéma.

L’Effondrement, une série à voir à partir du 11 novembre 2019 sur Canal+ Décalé.


  •  
  •  
  •  
  •  
  •