•  
  •  
  •  
  •  
  •  

La tenue du G7 à Biarritz à la fin de l’été a motivé militants écologistes et altermondialistes à se retrouver au Pays basque, pour débattre et proposer une autre vision du monde.

Le centre des congrès FICOBA d’Irùn, à la frontière basque espagnole, semble bien calme sous le soleil plombant de cette fin du mois d’août. Le bâtiment accueille pourtant le plus grand rassemblement de militants, penseurs et activistes de l’année. A l’intérieur, des milliers de personnes s’affairent depuis une semaine autour de conférences, d’ateliers et autres stands. Alternatives écologiques, justice fiscale et climatique, luttes paysannes… Autant de sujets débattus visant, selon les organisateurs, à « [mettre] en évidence la diversité des mouvements qui s’engagent pour des alternatives solidaires, écologiques, féministes, antiracistes, décoloniales, et anti-impérialistes ».

Syndicalistes, activistes basques, chercheurs, personnalités politiques ; toutes les composantes du mouvement citoyen, social et écologiste, sont présentes. Les débats sont vifs, notamment entre les partisans de modes d’action non-violents et institutionnels, et ceux qui craignent l’entre-soi de ces grandes réunions. Malgré la diversité des thématiques abordées, l’enjeu central reste en effet la question des modalités d’action contre les responsables de la catastrophe climatique en cours.

Du campement à la marche, des milliers de personnes réunies

A sept kilomètres de là, côté français, le campement des militants anti-G7 prend place sur une base de loisirs inactive d’Urrugne. Il y fleurit un lieu de vie en harmonie avec les revendications portées par la plateforme d’organisation. Toilettes sèches, cantines véganes à prix libre, mais aussi espaces de concerts et d’assemblées. Et pour ne pas être coupé du territoire, le centre-ville d’Hendaye accueille plusieurs manifestations, dont l’occupation du port de la Caneta par un collectif venu de Notre-Dame-des-Landes.

Mais c’est bien au campement que se préparent les principales actions qui vont animer le week-end. Tous les soirs, des gilets jaunes, des partisans de la désobéissance civile mais aussi des anarchistes débattent des actions à mener pour attirer l’attention et dénoncer au mieux ces dirigeants qu’ils jugent « hors-sol », cloitrés dans un hôtel de luxe à Biarritz.

Le point d’orgue de ce rendez-vous sera finalement la grande marche pacifiste du samedi, qui relie le centre-ville d’Hendaye à FICOBA. Festive et revendicatrice, elle mobilise l’ensemble des acteurs qui ont animé la semaine autour d’un défilé coloré. Construites au campement, des marionnettes géantes à l’effigie des sept chefs d’état du G7 parcourent le cortège, grimant leur pouvoir et leur inaction. Les banderoles quant à elles dévoilent leurs plus beaux slogans, qui, en basque et en français, rappellent l’essentiel de cette mobilisation : « Contre le G7 et son monde, défendons nos alternatives. »


  •  
  •  
  •  
  •  
  •