•  
  •  
  •  
  •  
  •  

DANS L’ACTU – En cette rentrée, l’association Campagne Glyphosate propose aux citoyens de mesurer leur taux de l’herbicide controversé, encore autorisé en France dans les exploitations agricoles. Alors, pourquoi pas vous ?

La première opération de tests urinaires va démarrer à Paris, le mardi 10 septembre, dans les locaux de la Base, 31 rue Bichat, dans le 11e arrondissement, entre 6 h 45 et 9 h 30. Jusqu’à fin octobre, l’opération aura lieu dans plusieurs départements (voir liste complète à la fin de l’article). Pour participer à l’opération parisienne, il suffit d’envoyer un mail à l’adresse ci-dessous : campagneglypho75@gmail.com.

Comment ça fonctionne ?

Marion Nguyen, porte-parole de l’association Campagne Glyphosate 75

Les prélèvements se font sur les premières urines du matin, à jeun depuis la veille (pas de repas, de boisson, ni de cigarette avant le prélèvement). Les tests sont à la charge de chaque personne, 85 € pour l’analyse simple + 50 € pour porter plainte (frais d’huissier et de justice). Il est en effet possible de rejoindre une action en justice collective nationale portée devant le Pôle Santé du TGI de Paris, pour “ mise en danger de la vie d’autrui, tromperie et atteintes à l’environnement“. A ce jour, 4 000 personnes ont déjà rejoint la procédure en France. Les personnes souhaitant porter plainte devront se présenter devant un huissier en maillot de bain ou en sous-vêtements (car il devra contrôler que vous ne cachez pas un autre flacon d’urine). Les tests seront envoyés dans un laboratoire en Allemagne. Les résultats seront communiqués approximativement trois semaines après le prélèvement.

5 500 personnes testées en France

Elise Lucet, Djamel Debouzze, des députés européens… En 2018, célébrités, journalistes, élus et citoyens se sont prêtés au jeu du test urinaire. Sur France 2, Envoyé spécial a même consacré une émission au glyphosate en janvier 2019.

L’association Campagne Glyphosate, née en Ariège en avril 2018, a été la première à proposer des tests urinaires aux citoyens. Une manière de sensibiliser le grand public à un produit qui est loin d’être anodin et qui est surtout partout. “On a retrouvé du glyphosate dans les urines de toutes personnes testées”, explique Marion NGuyen, porte-parole de l’association Campagne Glyphosate 75. Femmes, enfants, urbains, ruraux, consommateurs de produits bio, personne n’est épargné, selon la militante associative. Les taux collectés par l’association varient de o,7 microgramme / litre d’urine à 3,9 microgramme.

Des tests vraiment fiables ?

L’interprétation des résultats des analyses fait débat. Certains estiment que le test utilisé par le laboratoire allemand est trop sensible, d’autres que les seuils obtenus sont critiques. L’Institut national de recherche et de sécurité pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles (INRS), par exemple, tient une base de données sur les éléments chimiques toxiques. “Aucune donnée relative à l’exposition au glyphosate seule n’est disponible“, peut-on lire sur le site de l’INRS. Pour Marion Nguyen, la remise en question de la fiabilité des tests urinaires ne doit pas faire oublier qu’il n’existe à ce jour aucune étude sur les effets d’une exposition de l’être humain. “Nous respirons du glyphosate, nous en mangeons, depuis plus de 40 ans, il est partout. Nos campagnes des tests ont pour but de faire réagir les autorités. Nous réclamons plus de transparence et des études scientifiques.” L’Agence nationale de sécurité sanitaire, de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES) a lancé en juillet un appel à candidatures à l’attention des équipes de recherche pour réaliser une étude expérimentale sur la cancérogénicité du glyphosate. Les résultats devraient être connus d’ici 2022 au moment où le renouvellement d’autorisation de mise sur le marché sera à nouveau étudié par les États membres de l’Europe.

Vers la fin du glyphosate en France ?

Si le célèbre herbicide commercialisé par Monsanto est aujourd’hui interdit d’utilisation dans les espaces verts publics depuis 2017 et dans les jardins des particuliers depuis le 1er janvier 2019, il reste encore utilisé par les agriculteurs qui ont du mal à s’en passer. Le ministère de la Transition écologique a mis en place un site internet pour proposer des alternatives aux professionnels du secteur agricole. En 2017, la France a échoué à interdire le renouvellement de l’utilisation du glyphosate pour cinq ans au niveau de l’Union européenne. L’autorisation court donc jusqu’en 2022 en Europe. L’objectif affiché du gouvernement français est l’abandon des principaux usages du glyphosate d’ici fin 2020.

Où faire tester votre taux de glyphosate ?

Samedi 21 septembre : Bois de Céné (Vendée) Inscriptions : campagneglyphosatevendee@gmail.com

Samedi 12 octobre à Béthune (Nord-Pas- de-Calais) Inscriptions : campagneglyphosate5962@gmail.com

Lundi 18 Novembre : Besançon (Franche-Comté) Inscriptions : campagne.glyphosate25@gmail.com ]

Samedi 16 novembre : Essonne campagneglyphosate91@gmail.com


  •  
  •  
  •  
  •  
  •