•  
  •  
  •  
  •  
  •  

INITIATIVE LOCALE – Dans nos vies rapides, on a parfois besoin de ralentir et de se ressourcer dans les bois. Des bains de forêt, de plus en plus de praticiens en proposent pour des urbains en manque de vert. C’est le cas d’Emmanuelle Guilbaudeau, herboriste thérapeutique à Nantes.

Le but du jeu : inciter les citoyens à se reconnecter à la nature. Pas besoin de partir loin de tout, dans de grandes forêts : des parcs suffisent pour les urbains en manque de vert… et dont une pause s’impose, à l’abri des contrariétés et des tracas du quotidien.

Avant chaque bain de nature, la guide nantaise, l’herboriste Emmanuelle Guilbaudeau, demande que les participants essayent de « retrouver leur âme d’enfant ». De profiter de l’instant présent, de leur environnement. « Lors de la promenade, je propose aux participants d’observer, de sentir, de toucher l’écorce des arbres, l’humus et, encore, la mousse. On découvre, et on goute aussi les plantes, comme l’ortie, le plantain, les baies, les fleurs d’aubépine, mangées par les Amérindiens. »

Chêne, pin et bouleau

Emmanuelle propose des exercices de respiration, des séances de relaxation pour « chercher un état presque hypnotique ». Elle invite chacun à se lancer dans un temps de méditation au plus près des arbres, apportant des énergies variées, entre le chêne, « un arbre puissant dégageant une énergie forte », le pin ou le bouleau qui, avec « son feuillage fin, éclaire, il est élevé, permet de respirer ».

Toutes les essences ont des vertus, comme la sève du bouleau, connue pour ses effets dépuratifs et diurétiques ou l’écorce de la saule, espèce aux propriétés antiinflammatoires qui peut régler les problèmes d’humidité…

Lire aussi : Ils ont compris comment faire planter des arbres

En ville, la nature manque

« La nature permet de retrouver l’équilibre émotionnelle et physiologique. Le système nerveux accumule des stress, des tensions, qui nécessitent d’être nettoyés régulièrement. La nature endosse cette fonction de reset et de réactualisation de nos fichiers pour nous permettre d’avancer. » En un mot, d’écarter le négatif pour consolider le positif. On en ressort détendu, calme et concentré ; d’où l’attirance des bains de forêt.

Mais que recherchent les participants, au juste ? Les uns veulent découvrir les secrets de la flore, les autres veulent se ressourcer, retrouver de l’énergie. En ville, sur le bitume, la nature, parfois, manque. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’Emmanuelle a décidé de mettre un terme à sa première vie d’éducatrice en banlieue.

Sauvegarder les forêts

Fatiguée, elle a décidé de tout plaquer pour se former à de la médecine douce (à l’école d’herboristerie canadienne FloraMedicina)… afin de retrouver les joies d’enfance du jardinage et de la cueillette, dans le jardin de ses grands-parents.

Et elle le voit : de plus en plus de citoyens s’inscrivent, conscients des vertus des arbres, et surtout de la nécessité de les sauvegarder contre les pratiques humaines d’exploitation. Le succès du livre de Peter Wohleben, le forestier allemand, n’y est pas pour rien.

Pour en savoir plus, et découvrir ses prochaines sorties, en Loire-Atlantique, rdv sur son site. Et si voulez goûter aux joies des bains de forêt ailleurs, la plateforme Evenbrite vous propose des événements près de chez vous.


  •  
  •  
  •  
  •  
  •