•  
  •  
  •  
  •  
  •  

IDÉE SORTIE –  Du 12 juillet au 10 novembre 2019, la Fondation Cartier, à Paris, met les arbres à l’honneur, à travers les regards d’artistes, de botanistes ou encore de philosophes.

Un bain de culture, et de nature. L’exposition Nous les arbres, à la Fondation Cartier à Paris, propose une plongée artistique et philosophique dans l’univers de ceux qui sont parmi les plus anciens organismes vivants de la planète : les arbres. Le lieu s’y prête particulièrement, puisque ce musée du 14e arrondissement, un bâtiment avec de larges baies vitrées, imaginé par l’architecte Jean Nouvel, est lui-même entouré d’un jardin.

Les arbres ne sont pas seulement verts, dans cette exposition, où les palettes de couleurs sont aussi variées que celles des intervenants exposés. Chacun y présente sa relation aux arbres à travers son regard. La première partie rassemble des œuvres artistiques et poétiques, évoquant les relations entre les hommes et les arbres. En seconde partie, les dessins de designers, architectes, mais aussi botanistes complètent celles des artistes.

Esthétique, science et écologie

D’entrée de jeu, les peintures d’herbiers en grand format de l’artiste brésilien de Luiz Zerbinou ou encore les dessins de trois artistes yanomami de l’Amazonie brésilienne Kalepi, Joseca et Ehuana Yaira nous rappellent à la fois l’importance de ce monde végétal et les menaces qui pèsent sur lui. Entre 2000 et 2017, 3,4 millions de km² ont été défrichés dans le monde, entraînant une réduction de 8,4 % du couvert forestier de la planète.

Également présenté dans l’expo, le film Mon arbre de Raymon Depardon et de Claudine Nougaret fait parler des personnalités côtoyant des arbres au quotidien. Dans la deuxième partie, les dessins du botaniste Francis Hallé, issus de ses carnets de voyage, dévoilent la diversité mais aussi la poésie des forêts. Les représentations d’une quinzaine d’autres personnes, des architectes et designer Cesare Leonardi et Franca Stagi aux artistes iraniens Mahamoud Khan et Salim Karami poursuivent la plongée dans un univers mêlant esthétique et regards scientifiques.

Ne pas rater la visite du jardin, partie intégrante de l’exposition. On y trouve une installation réalisée par le botaniste Stefano Mancuso et l’artiste Thijs Biersteker, qui « donne la parole aux arbres » grâce à une série de capteurs. Les œuvres de la regrettée Agnès Varda, Le Tombeau de Zgougou et La Cabane du chat, dédiés à son animal de compagnie, dans le même jardin, sont également immanquables.

À lire aussi : Durant la canicule, promenez-vous en forêt

Infos pratiques :

Du 12 juillet au 10 novembre à Fondation Cartier pour l’art contemporain au 261 boulevard Raspail 75014 Paris

Ouvert du mardi au dimanche de 11 à 20h. Nocturne le mardi jusqu’à 22h. Fermeture le lundi.

Tarif plein : 11€ Tarif réduit : 7€50 (étudiants, – 25 ans, + 65 ans, demandeurs d’emploi et bénéficiaires des minima sociaux, Maison des Artistes) Gratuité (enfants de moins de 13 ans, les moins de 18 ans, le mercredi) | billets à retirer sur place (enfants -13 ans, – de 18 ans le mercredi, Laissez-passer Fondation Cartier, carte ICOM, carte de presse, carte d’invalidité)


  •  
  •  
  •  
  •  
  •