•  
  •  
  •  
  •  
  •  

ENTENDU AU PACT FOR IMPACT – A Strasbourg, une entreprise embauche des personnes éloignées de l’emploi pour les former et leur mettre le pied à l’étrier. Exemple dans le domaine du ramassage des biodéchets.

UP le mag, présent au Pact for impact, sommet mondial dédié à l’économie sociale et solidaire (10-11 juillet), a écouté les délégations des États, des gouvernements, des collectivités territoriales ou des représentants de start-up engagées.

Parmi ces acteurs, Agnès Guth, directrice de La Régie des écrivains, à Schiltigheim, dans le Bas-Rhin, qui s’est exprimée, le 10 juillet, au cours de la plénière « Et si le local détenait la solution ? L’économie sociale et inclusive à hauteur des territoires ».

La Régie des écrivains pour aider les plus précaires

Le patronyme de son entreprise induit presque en erreur. La Régie des écrivains n’est pas un collectif d’auteurs alsaciens, situé du côté de Strasbourg. Pourtant, de collectif, il en est question, vu l’objectif que La Régie se fixe sur le territoire de l’est français. Cette société d’insertion recrute depuis sa fondation en 1992 des personnes éloignées de l’emploi, des chômeurs ou des personnes en situation de précarité n’arrivant plus à se trouver une place sur le marché du travail.

« On se fiche de l’âge des gens qu’on aide, on se fiche des revenus de la personne, précise la directrice, sur la scène du musée du Quai Branly, à Paris, où est organisé le sommet Pact for impact, on veut juste accompagner vers l’emploi. »

Comment s’y prend-elle ? La Régie des écrivains propose des prestations de services à des tiers en particulier à des collectivités locales. Espaces verts, propreté, collecte de déchets, conciergerie, services à la personne, petits travaux : les missions sont variées et permettent aux personnes en difficulté de se former et de monter en compétence, en vue de trouver, in fine, des emplois stables.

Des vélos pour récupérer les déchets organiques à Strasbourg

On peut rien faire seul, mais on peut travailler ensemble pour avancer, explique la responsable de cette entreprise adaptée, qui accueille en son sein des personnes en situation de handicap, (trop) souvent mises à l’écart par le monde du travail. “On teste, on innove “, poursuit-elle, comme pour insister sur le caractère solidaire de La Régie des écrivains.

Par exemple, la Ville de Strasbourg expérimente, depuis juin 2018, la collecte de biodéchets en vélo-cargo (en “bioclou”) dans un petit périmètre de la ville de Strasbourg, et l’entreprise sociale et solidaire y participe. Des employés de La régie des écrivains sillonnent régulièrement quelques rues autour de la place Saint-Étienne pour récupérer les déchets organiques des habitants volontaires. Le but de l’opération ? Mieux valoriser les ordures du quotidien dans le centre-ville. Les déchets sont transformés en énergie.

A lire aussi : Le covoiturage solidaire pour les personnes éloignées de l’emploi


  •  
  •  
  •  
  •  
  •