•  
  •  
  •  
  •  
  •  

CULTURE – Une exposition de photos proposée par l’artiste Florence Levillain met en lumière les usagers des bains publics de Paris. Une exposition à voir à la Fabrique de la Solidarité dans le XIIe arrondissement, jusqu’au 25 juin.

Mon travail sur les usagers des, "Bains publics" sera exposé pour l'inauguration de "La Fabrique de la Solidarité" 98 quai de la Râpée Paris 12eme.Inauguration le 4 juin à partir de 18h. Exposition jusqu au 25 juin.Un temps d'échange est prévu avec le Samusocial de Paris autour du projet de bains publics pour femmes dans le 12eme.L'équipe, également organisatrice de la nuit de la solidarité, très dynamique, a plein de projets pour créer plus de la solidarité dans nos villes et fait de cet espace un lieu prometteur.

Gepostet von Florence Levillain am Sonntag, 2. Juni 2019

Depuis près de 30 ans, la photographe Florence Levillain aime poser son regard sur la vie ordinaire pour révéler la beauté cachée. Sa démarche artistique s’inscrit dans un projet global intitulé “Planète mars, au bout de votre rue”. “C’est vraiment une recherche pour démontrer que des lieux incroyables se situent parfois juste au bas de chez nous. Il suffit parfois d’un peu d’audace pour découvrir un autre monde“, explique-t-elle. C’est cette curiosité qui l’a amenée à pousser la porte des bains publics parisiens situés juste à côté de l’école de ses filles. Ces lieux collectifs créés à la fin du XIXe siècle pour faciliter l’accès à l’hygiène se multiplient dans les années 30. Aujourd’hui encore, un million de Parisiens fréquentent chaque année ces douches municipales. Qui sont-ils ? C’est ce qu’on découvre à travers 25 portraits d’hommes et de femmes réunis dans cette exposition.

A lire aussi : Des douches gratuites pour les femmes SDF à Paris

Les différents visages de la précarité

SDF, travailleurs pauvres, étudiants sans logement, migrants fréquentent les bains publics mis à disposition gratuitement par la Mairie de Paris depuis les années 2000. Mais pas seulement. “J’ai rencontré des personnes qui vivaient en chambre de bonne et qui n’avaient pas de douches ou des personnes qui avaient une salle de bain, mais pas d’eau chaude“, précise Florence Levillain. La photographe témoigne des différents aspects de la précarité et de l’importance de se sentir “beau, et propre“, pour affronter le monde extérieur. Les portraits réalisés à travers l’intimité d’un miroir sans teint (avec l’accord des personnes, bien sûr) laissent entrevoir une lumière, une fierté, un sourire, l’essence de la dignité dans un regard.

L’exposition est à découvrir à la Fabrique de la Solidarité, un lieu ressource pour tous les Parisiens souhaitant agir dans le domaine de la lutte contre l’exclusion.

Rendez-vous au 98, quai de la Rapée 75012 Paris. Les horaires d’ouverture sont ici. Exposition à voir jusqu’au 25 juin. Plus d’informations au 01 55 78 23 63.


  •  
  •  
  •  
  •  
  •