•  
  •  
  •  
  •  
  •  

CULTURE – Le réalisateur Alexandre Pierrin a rencontré des survivalistes pour son web-documentaire Survivre diffusé par France TV Slash. Persuadés qu’une catastrophe arrive dans un futur plus ou moins éloigné, ils se préparent minutieusement au pire.

Ils viennent de régions différentes, n’ont pas le même métier ni le même âge. Mais tous se retrouvent autour d’un point commun : ils craignent un avenir sombre, lugubre, voire la fin du monde. Si certains voient poindre une société plombée par des conflits, des pillages et des saccages, d’autres croient qu’un jour les humains ne pourront plus subvenir à leurs besoins primaires en raison, par exemple, du réchauffement climatique ou d’une catastrophe quelconque. On les appelle les survivalistes, mais certains d’entre eux préfèrent le terme « prévoyants ». Le réalisateur Alexandre Pierrin leur a donné la parole dans une série documentaire, en 5 épisodes, à voir sur le site de France.tv.

Pas de jugement, pas de commentaire de la part du réalisateur : les intervenants se présentent simplement, racontent comment ils se préparent au mieux au futur qui gronde. Certains qu’une catastrophe va arriver, ils ont besoin de se rassurer, et de sauver leur peau. Et tout est finement prévu. Ils ne savent pas quand le danger va guetter, mais tout est prêt pour assurer leur survie pendant X temps, seuls ou en famille.

A lire aussi : Pablo Servigne :”L’ascension des fascistes est un signe de l’effondrement”

“La société s’effondre”

Afin de se prémunir contre une attaque épidémiologique ou nucléaire, certains se construisent un bunker en sous-sol. Un lieu pour survivre… et stocker des aliments bien conservés ou de l’eau de pluie récupérée et filtrée.

D’autres, peut-être moins catastrophistes, se mettent au potager pour atteindre l’autonomie alimentaire. Suivant la voie de la permaculture, reprenant le principe de l’aquaponie, un survivaliste a mis en particulier la main dans la terre, en attendant que la société s’effondre. Grève générale, faillite bancaire, le cours du pétrole qui grimpe en flèche… Tout peut aller très vite, selon lui.

Le réalisateur suit également l’aventure d’un autre survivaliste ayant conçu une “base d’autonomie durable”, une BAD pour faire pousser des légumes toute l’année.

D’autres, encore, préfèrent s’en aller vivre en forêt, histoire de retourner au sein de notre milieu naturel (et sauvage). Un milieu hostile ? Pas du tout, « il faut juste le connaître ». D’où ses incursions dans les bois pour s’habituer à un environnement qui le rassure. Cela lui servira, il en est certain. Au cas où, un jour, il devra quitter… sa petite vie bien rangée.

5 épisodes de 15 minutes. A regarder sur France.tv


  •  
  •  
  •  
  •  
  •