•  
  •  
  •  
  •  
  •  

EXTRAIT DU MAG – L’ex-champion français de tennis-fauteuil Mickaël Jeremiasz, maintenant qu’il a tout gagné durant sa carrière, sensibilise le grand public sur le handicap pour contribuer à « changer le monde ».

Loin des caméras, Michaël a réalisé une carrière surprenante. De 2001 à 2016, le Français a remporté tous les tournois du Grand Chelem, de l’Open d’Australie à Roland-Garros, et de l’US Open à Wimbledon. Sans oublier une médaille d’or obtenue aux Jeux paralympiques de Pékin. Depuis son fauteuil, l’ancien numéro 1 mondial a tout gagné, tant en simple qu’en double.

Aujourd’hui, ce n’est plus sur les courts que l’ancien pro s’illustre. Devenu ambassadeur de Paris 2024, Mickaël sensibilise et dédramatise. Dans son autobiographie Ma vie, un sport de combat, il écrit qu’avoir gagné autant de matchs lui a permis de sortir de son « enveloppe de personne handi­capée ». À force de persévérance, il a su rebondir après l’accident qui l’a privé de ses jambes lors d’un saut à ski il y a 19 ans. Son message : grâce à l’entraînement et aux séances de muscu, on peut réaliser des prouesses. Si lui a réussi, pourquoi pas les autres ?

Coup de com’ et sensibilisation

Alors, le joueur de tennis ne rate jamais une occasion de faire la promotion de son sport. Comme ce jour où, près du bord de Seine à Paris, il invite Emmanuel Macron à s’assoir sur un fauteuil pour échanger quelques balles sous le soleil et devant les caméras. La vidéo du président, raquette à la main, cartonne au plus grand plaisir de Mickaël.

Un travail de sensibilisation qui paye, mais lui ne s’arrête pas à ce coup de com. Changer le regard qu’on a sur la différence prend du temps. Avec Handiamo, l’entreprise qu’il a cofondée en 2011 pour accompagner les joueurs de tennis ou d’autres sportifs de haut niveau en situation de handicap, il organise des rencontres en entreprise entre athlètes handicapés et personnes valides.

À lire aussi : Harmonie Heroes, une websérie pour sensibiliser au handisport

Mais il revient souvent au tennis, sa grande passion. Mickaël anime régulièrement des séances d’initiation. Exemple à Roland-Garros en 2018, il y a pile un an. Durant un échange avec des novices, il les invite à regarder des tournois, même s’ils ne sont pas beaucoup diffusés à la télé. Le vent commence à tourner, mais il aimerait que ces compétitions prennent davantage la lumière. « Les matchs sont impressionnants, surtout les doubles », lâche-t-il, avant de sortir un smash imparable, sous l’œil amusé de son adversaire du jour, qui n’a rien pu faire.

Cet article est extrait du UP n°23. Découvrez le magazine sur notre boutique.

https://www.up-inspirer.fr/wp-content/uploads/2019/03/UP23-1.jpg
https://www.up-inspirer.fr/wp-content/uploads/2019/03/UP23-05.jpg
https://www.up-inspirer.fr/wp-content/uploads/2019/03/UP23-4.jpg
https://www.up-inspirer.fr/wp-content/uploads/2019/03/UP23-19.jpg
https://www.up-inspirer.fr/wp-content/uploads/2019/03/UP23-51.jpg
https://www.up-inspirer.fr/wp-content/uploads/2019/03/UP23-5.jpg
https://www.up-inspirer.fr/wp-content/uploads/2019/03/UP23-6.jpg


  •  
  •  
  •  
  •  
  •