•  
  •  
  •  
  •  
  •  

PARTENARIAT- La Quinzaine du commerce équitable se déroule du 11 au 26 mai 2019. Quel est l’impact économique et social du commerce équitable à travers la planète ? Réponses avec des producteurs et travailleurs soutenus par le label Fairtrade/Max Havelaar. Aujourd’hui, découvrez le parcours de Vicente Ramirez, caféiculteur en Colombie.

Vicente Ramirez fait partie de la troisième génération de producteurs de café de sa famille, qui s’est investie dans la caféiculture pendant plus de 50 ans. De ce fait, il s’est inscrit dans la continuité de la tradition familiale en faisant le choix de produire du café de qualité dans son exploitation depuis plus de 35 ans. La finca familiale se situe au cœur de l’axe du café en Colombie, El Eje Cafetero.

Très jeune, Vicente s’est passionné pour la culture du café, convaincu que c’était sa vocation. Il a suivi une formation en gestion et en production de café, et a ensuite travaillé en tant que technicien de caféiculture. Grâce à cela, il a acquis les connaissances nécessaires pour devenir un producteur de café indépendant. La parcelle caféière de Vicente, « la finca Guadualito », est située dans la commune de Belalcázar. Plusieurs variétés douces d’Arabica y sont cultivées. Sa production annuelle est de 130 sacs de café de 60 kg.

« Un avant et un après la certification Fairtrade/Max Havelaar »

En tant que membre producteur de la coopérative des caféiculteurs de la région d’Anserma depuis plus de 35 ans, et membre du conseil d’administration, Vicente est reconnu pour son engagement et son soutien au développement de la communauté. Il a toujours été attentif au bien-être des petits producteurs de café de la coopérative dont il est membre.

« Pour moi, l’histoire de la coopérative des caféiculteurs d’Anserma est divisée en deux temps : un avant et un après la certification Fairtrade/Max Havelaar. Cela nous a permis d’améliorer notre qualité de vie et celle de nos familles, mais aussi d’améliorer la qualité de vie de la population défavorisée de la région. Par ailleurs, nous avons pu rendre nos exploitations agricoles plus durables. »

De nombreux projets

Le café Caficultores de Anserma est certifié Fairtrade/Max Havelaar depuis 2004. Vicente y voit de nombreux avantages : le paiement d’un prix minimum garanti pour la production, le respect de conditions de travail décentes et une prime de développement pour financer des projets collectifs économiques, sociaux et environnementaux décidés par les producteurs.

Différents projets ont été développés : VIVE (pour vie) : un programme de santé dont les familles des producteurs peuvent également profiter; Sonrisa Cafetera qui couvre les soins dentaires, une assurance décès afin de payer les frais d’obsèques; une aide à l’acquisition de silos mécaniques répartis entre les producteurs; un programme d’éducation avec l’aide des universités environnantes (grâce au développement de la filière café, on compte de nombreuses universités aux alentours), afin de sensibiliser à de meilleures techniques de culture et former une nouvelle génération de producteurs.

Le commerce équitable est également vecteur de changements sociaux, en faveur notamment de la reconnaissance des femmes. Parmi les 2239 membres associés à la coopérative, 709 sont des femmes : déléguées au conseil d’administration, productrices de café ou encore propriétaires de terres agricoles… Caficultores de Anserma soutient d’ailleurs l’initiative d’un groupe de 50 femmes visant à lancer une marque de café bio appelée « Aroma mujer », à destination des consommateurs colombiens.

Des productions plus durables

Vicente explique que dans sa coopérative, seules certaines productions sont en bio, mais les intrants chimiques sont réduits au maximum partout ailleurs. La coopérative éduque les producteurs à une culture du café respectueuse de la nature et de l’environnement. Les caféiculteurs sont également formés à la gestion des sols et de l’eau : le laboratoire de la coopérative est d’ailleurs équipé pour contrôler la qualité des sols, de l’eau et des grains.

Ce qu’il faut retenir, c’est que si toute la population mondiale qui consomme du café se mettait à préférer les produits équitables et bios, les producteurs se convertiraient en masse à ce genre de production. Il faut donc que les consommateurs changent leurs habitudes d’achat !

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Max-Havelaar-300x300.jpg.

L’ONG Max Havelaar France, membre du mouvement international Fairtrade, agit pour le commerce équitable. Avec le label Fairtrade/Max Havelaar, elle mobilise les coopératives, les consommateurs et les pouvoirs publics pour transformer durablement leurs pratiques. Ce label permet à 1,66 millions de producteurs et travailleurs agricoles défavorisés de bénéficier d’une meilleure rémunération, d’améliorer leurs conditions de vie et celles de leur communauté, tout en préservant l’environnement. Pour en savoir plus : www.maxhavelaarfrance.org


  •  
  •  
  •  
  •  
  •