•  
  •  
  •  
  •  
  •  

EXTRAIT DU MAG – La formule Jeûne et randonnée attire de plus en plus de personnes en quête de ressourcement. Le concept, qui consiste à jeûner tout en réalisant des randonnées en pleine nature, permet de détoxifier le corps et l’esprit. Une expérience qu’a vécue Caroline Bonnefond dans les Cévennes. Elle témoigne.

Qu’est-ce qui t’a incitée à expérimenter le jeûne ?

Cela faisait trois ans que je vivais et travaillais à Paris en tant qu’ingénieure. Mon rythme de vie n’était pas très équilibré, entre boulot, métro, activités diverses, j’avais perdu toute vitalité. J’enchaînais les petits soucis de santé : sinusites à répétition, débuts d’allergies, intolérances alimentaires, fatigue extrême.

Mon système immunitaire était à bout de souffle. J’avais besoin de remettre les compteurs à zéro sur le plan physique et psychologique. Ma tante m’avait parlé du jeûne, quelques années auparavant, et je l’avoue, à l’époque, je l’avais prise pour une folle. Mais là, je ressentais un besoin de m’alléger. J’ai donc décidé de participer à un séjour de Jeûne et randonnée d’une semaine dans les Cévennes.

Y-a-t-il une préparation à suivre avant de commencer le jeûne ?

Oui bien sûr. Un mois avant le stage, les participants reçoivent des recommandations pour préparer le corps au jeûne en douceur. Concrètement, on nous demande de diminuer la consommation d’excitants : thé, café, alcool, chocolat. L’idée est de limiter l’apport de protéines animales, pour arriver à une alimentation végétalienne. Le système digestif se met au ralenti et le corps se met à évacuer les toxines. Cela peut engendrer des symptômes désagréables au début comme des maux de tête, des nausées.

“Les premiers jours je ne ressentais pas la faim, mais je rêvais de la nourriture”

Comment se déroule la semaine de stage ?

-Une fois arrivée sur le lieu du stage, j’ai été accueillie par trois encadrants : l’organisatrice, une naturopathe et une accompagnatrice de moyenne montagne. Après un tour de parole, nous avons savouré notre premier bouillon de légumes filtrés. Chaque jour, l’idée a été de partager notre expérience avec le groupe. Nous avons découvert que chaque personne la vivait différemment. Le lendemain, on s’est hydraté avec une tisane, et on est parti pour une marche de quatre heures, entrecoupée de nombreuses pauses, en pleine nature.

Le corps s’est oxygéné, et cela a permis d’éliminer les toxines tout en préservant la masse musculaire. Les premiers jours, je ne ressentais pas vraiment la faim, mais je rêvais de nourriture, j’avais des images récurrentes de saucisson qui me traversaient.

Y-a-t-il eu des effets indésirables ? Comment réagit le corps ?

-Mes nuits étaient agitées, je dormais peu. Et puis progressivement, j’ai ressenti un regain d’énergie. J’ai retrouvé une pleine respiration et redécouvert les bonnes odeurs de la nature pendant les randonnées. J’éliminais les toxines, mais aussi les émotions toxiques qui s’étaient accumulées : beaucoup de colère, de frustration.  Au fur et à mesure des jours, mes envies de malbouffe ont cédé la place à des envies de fruits et de légumes.

Durant le stage, la naturopathe nous a donné des conseils pour mieux manger et gagner en énergie au quotidien. J’ai compris pourquoi les laitages pouvaient être à l’origine de difficultés digestives pour moi, tout comme manger un fruit en fin de repas. Le dernier jour, l’organisatrice nous a tendu une fraise fraîchement cueillie. J’ai senti à la première bouchée tout mon système digestif qui se remettait en marche. Et quelle saveur ! Je crois que c’était la meilleure fraise de ma vie. C’est comme si je retrouvais le vrai goût des choses.

“J’éliminais les toxines, mais aussi les émotions toxiques qui s’étaient accumulées “

Qu’est-ce qui a changé après cette expérience dans ta façon de te nourrir ?

-Une fois de retour chez moi, j’ai révolutionné ma façon de manger et de vivre. J’ai arrêté le thé et le café, diminué mes apports en viande et en produits laitiers au profit d’une plus grande consommation de fruits et de légumes et des produits comme les algues, le sarrasin, le millet. J’ai cessé d’acheter des produits industriels transformés et raffinés. Mes problèmes de santé chroniques ont disparu.

Je remange de tout et j’ai retrouvé mon énergie vitale ! Depuis, j’apprends à mettre davantage de conscience dans l’action de manger. Cela ne m’empêche pas de boire une bière ou de manger une pizza de temps en temps. Cette expérience m’a aidée à sortir d’un trop-plein. Trop de stress, trop d’émotions non digérées, trop de nourritures industrielles.

“Cette expérience m’a aidée à sortir d’un trop-plein : trop de stress, trop de nourriture industrielle”

Cela m’a fait revenir à une forme de simplicité. Je me suis offert une parenthèse physiologique et psychologique. Je me suis reconnectée à moi-même et à la nature. Aujourd’hui, je jeûne une fois par an pendant une semaine. J’ai même suivi une formation à l’Institut de naturopathie de Paris et créé mon activité (La Magie de l’instant) agréée par la Fédération française de jeûne et de randonnée pour accompagner des groupes en pleine nature dès cette année. Cette expérience de jeûne a donc vraiment changé ma vie. Elle m’a amenée à vivre une véritable révolution intérieure, tant sur le plan psychique que physique.

La Fédération française de jeûne et de randonnée, née en 1990, s’appuie aujourd’hui sur un réseau de 70 organisateurs de stages agréés. 1 200 séjours sont organisés en Europe chaque année. Renseignements : https://www.ffjr.com/

Cet article est extrait du UP n°23. Découvrez le magazine sur notre boutique.

https://www.up-inspirer.fr/wp-content/uploads/2019/03/UP23-1.jpg
https://www.up-inspirer.fr/wp-content/uploads/2019/03/UP23-05.jpg
https://www.up-inspirer.fr/wp-content/uploads/2019/03/UP23-4.jpg
https://www.up-inspirer.fr/wp-content/uploads/2019/03/UP23-19.jpg
https://www.up-inspirer.fr/wp-content/uploads/2019/03/UP23-51.jpg
https://www.up-inspirer.fr/wp-content/uploads/2019/03/UP23-5.jpg
https://www.up-inspirer.fr/wp-content/uploads/2019/03/UP23-6.jpg


  •  
  •  
  •  
  •  
  •