•  
  •  
  •  
  •  
  •  

EN BREF – Un sondage réalisé par IPSOS pour la France mutualiste indique que, pour les Français, le respect de l’autre et le respect de l’environnement font partie des valeurs prioritaires à transmettre aux générations à venir.

Solidarité, audace, vivre-ensemble, engagement ? Quelles sont les valeurs les plus importantes aux yeux des Français ? Dans ce sondage réalisé sur un échantillon de 1 000 personnes interrogées par IPSOS, 85 % des sondés estiment que la politesse et le savoir-vivre font partie des valeurs prioritaires à enseigner aux plus jeunes, or ces valeurs seraient parmi les moins valorisées au sein de la société selon 32 % des personnes interrogées. La préservation de l’environnement arrive également en tête des inquiétudes. 68 % des sondés pensent que l’écologie est une valeur à transmettre aux générations futures. En revanche, l’engagement politique et associatif figurent parmi les valeurs les moins prioritaires.

Une société individualiste en quête d’harmonie ?

Les Français ne font plus confiance à la société, mais comptent au contraire sur eux-mêmes. La confiance en soi et l’autonomie sont fortement valorisées. Ils sont 69 % a penser que le mérite est une valeur essentielle de la réussite. Il existe cependant de fort clivages générationnels. Le courage est associé à la génération des plus de 75 ans, quand les générations Y et Z (nées entre le début des années 1980 pour les uns et à partir des années 2000 pour les autres ) sont jugées avant tout individualistes et égoïstes. “Progrès technologiques, crises sociales et économiques, crise de la transmission, autant de mutations qui redéfinissent une nouvelle société et de nouvelles générations. Il apparaît urgent d’œuvrer pour un monde commun qui englobe toutes les générations en présence “, estime Carole Gaudet, fondatrice de l’association Ensemble demain. Cette association vise à créer et développer des projets intergénérationnels en particulier en créant du lien entre des personnes âgées et le milieu scolaire.

A lire aussi : la transition numérique sauvera-t-elle les campagnes ?

Fracture numérique et crise du lien

71 % des Français pensent que les nouvelles technologies de communication et d’information (Internet, réseaux sociaux, applications, etc.) ont un impact plutôt négatif sur les relations intergénérationnelles parce qu’elles isolent les individus et ont tendance à exclure les plus âgés.

Pour Jean-François Serres, fondateur de l’association Monalisa, qui lutte contre l’isolement des aînés, “la crise de la transmission, c’est d’abord la crise de la relation. La montée très mal vécue des incivilités éclaire en creux le prix que les Français accordent à ce bain social fait de nos relations.

Alors qu’en 2030, pour la première fois dans l’histoire démographique de la France, les « plus de 65 ans » seront plus nombreux que les moins de 20 ans, comment recréer un lien entre des générations aux repères si différents ? Peut-être grâce aux projets intergénérationnels comme le réseau Tous en tandem, créé par Pauline Constant. Cette start-up s’appuie sur un réseau d’étudiants pour animer la vie sociale des seniors au travers d’ateliers « découverte », culturels et interactifs.


  •  
  •  
  •  
  •  
  •