•  
  •  
  •  
  •  
  •  

EXTRAIT DU MAG – Des cafés, des écoles et des boulangeries ferment au fil des années, mais certains citoyens et élus refusent la fatalité. Voici 5 initiatives écologiques et solidaires qui ont permis de redonner vie à des petites communes rurales en France.

La renaissance d’un village grâce à l’écologie

Suppression des pesticides de synthèse, création d’un bistrot-épicerie bio, école Montessori, jardin partagé et rucher communal. Le village de Saint-Pierre-de-Frugie, en Dordogne, a misé sur l’écologie pour lutter contre la désertification. La transformation de cette commune de 450 habitants, située en plein cœur du Périgord vert, a démarré en 2008 à l’initiative du maire alors fraîchement élu, Gilbert Chabaud (Sans étiquette) : « Nous avons gagné 80 habitants en 10 ans, en faisant le pari d’une gestion écologique de notre commune », se félicite-t-il. La protection de la biodiversité est au cœur du projet communal et attire des randonneurs et des scolaires. La boutique bio permet de mettre en avant les producteurs locaux, en privilégiant les circuits courts. Les habitants, très impliqués, ont également partagé leurs idées. Résultat ? Une école de cirque et une ressourcerie verront le jour en 2019.

Des commerces multiservices pour redynamiser des villages

Dans le village de Champdieu, situé dans la Loire, un comptoir de campagne s’est installé dans les anciens locaux de la Poste en février 2016. Un vrai soulagement pour les habitants du village, qui ont ainsi retrouvé un service d’affranchissement de lettres et de colis, et bien plus encore… On peut aussi y faire réparer ses chaussures, acheter une bouteille de gaz, mettre ses vêtements au pressing et se fournir en produits locaux et même prendre un repas. Ce concept développé par la start-up lyonnaise Comptoir de Campagne va être développé dans une quinzaine de villes de moins de 2 000 habitants en Auvergne-Rhône-Alpes en 2019.

 L’école du village réhabilitée en tiers-lieux

En 2016, l’école maternelle a fermé ses portes à Asnières-sur-Vègre,un village de 400 habitants situé dans la Sarthe. Un groupe d’habitants a alors eu l’idée de créer un espace de coworking. La mairie a soutenu le projet en mettant à disposition les locaux de l’école. « L’objectif a été de redynamiser l’économie du village », explique Isabelle Clep, la présidente du réseau Village Factory, l’association créée pour gérer le lieu. Une dizaine d’entrepreneurs tournés vers l’économie collaborative et la transition énergétique et des télétravailleurs fréquentent aujourd’hui le lieu. Des ateliers sont également proposés : jardinage, cours d’italien ou d’informatique. Le programme est varié pour répondre aux besoins des habitants.

Un ancien hôtel transformé en restaurant et lieu culturel

A Royères-de-Vassivière, dans la Creuse, des habitants ont décidé de réhabiliter un ancien hôtel pour créer l’Atelier. On y déguste une cuisine familiale de saison, élaborée à partir de produits bio provenant de producteurs locaux. Une boutique propose des produits issus du commerce équitable. Deux postes informatiques offrent un point d’accès Internet et une plateforme de travail bureautique. Un atelier service de réparation informatique est également proposé. Le lieu est surtout un pilier de la vie culturelle locale : concerts, projections, expositions, spectacles pour enfants y sont organisés. On y trouve aussi une salle de jeux en réseau, et une bibliothèque citoyenne. Plutôt chouette pour un village de 400 âmes !

Une boulangerie associative gérée par les habitants

En 2016, le petit village de Jaulnay en Indre-et-Loire perd en l’espace d’un mois, son bar-tabac et sa boulangerie. Un coup dur pour cette commune pourtant florissante dans les années 50… Le maire Maurice Talland n’a pas l’intention de priver ses concitoyens de pain frais, il décide alors de racheter le local de la boulangerie pour y créer un dépôt de pain associatif. « Le pain est livré par un boulanger situé à 5 km, et des bénévoles se relaient chaque matin pour le vendre », explique-t-il. L’objectif de ce projet ? Conserver un lieu de rencontres entre les habitants.  « La boulangerie, c’est un lieu de convivialité où l’on discute », poursuit-il. Un modèle qui inspire d’autres petites communes françaises qui ont eu vent de l’initiative. Prochaine étape : redonner vie au café local. Et là aussi la mairie a décidé de s’impliquer. « Nous avons racheté le café et allons le louer à un loyer modéré à un jeune couple de gérants », conclut le maire.

Ce article est issu du magazine UP n°23 et son dossier “Quel avenir pour nos campagnes ?”, à retrouver sur notre boutique.

https://www.up-inspirer.fr/wp-content/uploads/2019/03/UP23-1.jpg
https://www.up-inspirer.fr/wp-content/uploads/2019/03/UP23-05.jpg
https://www.up-inspirer.fr/wp-content/uploads/2019/03/UP23-4.jpg
https://www.up-inspirer.fr/wp-content/uploads/2019/03/UP23-19.jpg
https://www.up-inspirer.fr/wp-content/uploads/2019/03/UP23-51.jpg
https://www.up-inspirer.fr/wp-content/uploads/2019/03/UP23-5.jpg
https://www.up-inspirer.fr/wp-content/uploads/2019/03/UP23-6.jpg

  •  
  •  
  •  
  •  
  •