•  
  •  
  •  
  •  
  •  

EN BREF – Les femmes en situation de grande précarité ont enfin un lieu où prendre soin d’elles à Paris. Des sanitaires publics leur sont aujourd’hui exclusivement réservés. Ce projet porté par le Samu social de Paris a été financé par plus de 700 donateurs et mécènes.

Elles sont bien souvent invisibles dans les rues de la capitale, mais elles représentent 40 % des personnes sans domicile fixe. En 2018, le 115 de Paris a été appelé par 4 200 femmes isolées durant l’année, et par 4 400 femmes seules avec enfants : un chiffre en augmentation de 31 % pour les premières et de 5 % pour les secondes. Jusqu’à présent ces femmes en situation de grande précarité n’avaient aucun lieu exclusivement dédié à leur hygiène et à leur bien-être où se ressourcer à Paris. Depuis une semaine, ce n’est plus le cas.

Des bains-douches entièrement rénovés, situés au 188 rue Charenton, ont été rénovés et mis à disposition par la mairie du 12ème arrondissement. Les femmes y sont accueillies désormais gratuitement tous les après-midi du mardi au samedi de 14h30 à 20h30. Claire Lajeunie, la réalisatrice du documentaire ” Femmes invisibles, survivre à la rue“, a accepté d’être la marraine de ce projet porté par le Samu social de Paris : “Pouvoir se laver, permet de renouer avec l’estime de soi. Jusqu’à présent, les femmes étaient obligés de fréquenter des douches municipales mixtes, où elles s’exposaient à des violences. ” Aujourd’hui, grâce à la campagne de financement participatif #LaRueAvecElles (sur KissKissBankBank), les femmes bénéficient d’un accueil adapté à leurs besoins. 733 donateurs ont permis à ce projet d’exister. Des entreprises ont également contribué au projet à travers leurs actions de mécénat.

Un accompagnement médical, social et psychologique

Les femmes bénéficient de la présence quotidienne d’une infirmière“, explique Marie Lazzaroni, chargée de mission “Femmes”, au Samu social de Paris. Des consultations ciblées (gynécologie, kinésithérapie, podologie), ainsi que des actions collectives de sensibilisation sont aussi proposées. Divers services sont également mis à disposition : vestiaire et buanderie d’appoint, matériel pour le soin et beauté (coiffure, épilation). Enfin, une travailleuse sociale est présente tous les jours pour assurer un suivi social.

A lire aussi : Les femmes, premières victimes de la pauvreté en France.


  •  
  •  
  •  
  •  
  •