•  
  •  
  •  
  •  
  •  

Découvert par Christophe Colomb en 1502, le cacao a depuis conquis le monde. Aujourd’hui, un Français consomme en moyenne 7 kilos de chocolat par an. Mais connait-il vraiment l’impact de cette frénésie boulimique ?

1. Le cacao contient des polyphénols, reconnus pour leurs propriétés antioxydantes. Ils limitent le stress et diminuent les risques de maladies cardiovasculaires et de cancers. Le cacao est également riche en magnésium, indispensable au bon fonctionnement du système nerveux, en potassium, bon pour le cœur, en fer et en calcium. Le chocolat est donc bon pour la santé, à condition d’en manger avec modération.

2. Le pourcentage minimum de cacao que doit contenir un produit pour être appelé « chocolat » est de 35 %. Ce qui n’est pas le cas de nombreux produits industriels vendus dans les supermarchés, bourrés de sucre, de beurre, de vanille synthétique et parfois même d’huile de palme…

5 multinationales se partagent 80 % des parts du marché du chocolat

3. Le cacao est originaire d’Amérique centrale et d’Amérique du Sud, mais les plus gros producteurs de fèves de cacao se situent aujourd’hui en Afrique. Près de 75 % de la production mondiale y est assurée, en grande partie par la Côte d’Ivoire et le Ghana.

4. On compte près de 6 millions de petits producteurs de cacao à travers le monde. La plupart détiennent des petites plantations familiales d’une dizaine d’hectares. Au total, 50 millions de personnes vivent du cacao. En bout de chaîne, 5 multinationales se partagent 80 % des parts du marché du chocolat : Hershey, Mars, Mondelez, Nestlé et Ferrero.

5. Sur une tablette achetée en supermarché, environ 5 % du prix de vente revient aux petits producteurs (contre 16 % en 1980). Résultat : les travailleurs perçoivent en moyenne 2 dollars par jour et on estime à plus d’un million le nombre d’enfants exploités sur les exploitations cacaoyères en Afrique de l’Ouest.

La culture du cacao participe à l’appauvrissement des sols

6. Si 80 % de la forêt ivoirienne a disparu depuis les années 1960 (13 millions d’hectares), la culture du cacao est en grande partie responsable. Les conséquences de cette déforestation sont dramatiques pour le climat et pour la biodiversité. La culture du cacao participe également à l’appauvrissement des sols, en raison du lindane, un pesticide très utilisé sur les plantations.

7. 17 000 litres d’eau sont nécessaires pour produire 1 kilo de chocolat (11 000 litres pour un jean en coton). Une tablette de 100 grammes de chocolat au lait émettrait à minima 280 g de CO2. Un calcul prenant en compte la production de matières premières telles que le cacao, le sucre, le lait, l’emballage, la distribution… mais pas la conversion d’une zone naturelle en zone de culture.

8. Le cacao issu du commerce équitable garantit, entre autres, une rémunération plus juste pour les petits producteurs, une agriculture respectant certaines règles environnementales et l’interdiction du travail des enfants dans les cacaoyers. Aujourd’hui, 197 000 producteurs, répartis dans 19 pays, sont labellisés Fairtrade / Max Havelaar. Renseignez-vous avant de faire vos emplettes.


  •  
  •  
  •  
  •  
  •