•  
  •  
  •  
  •  
  •  

IDÉE – « Pour une autre PAC » est une plateforme rassemblant de nombreuses associations dans le but de faire évoluer la Politique Agricole Commune (PAC) de l’Union européenne.

« Pour une autre PAC », anciennement PAC 2013, est une plateforme rassemblant une trentaine d’organisations autour de la volonté de faire évoluer la Politique agricole commune (PAC) européenne. Attac, la Confédération paysanne, la Fondation pour l’homme et la nature, Greenpeace ou encore WWF font notamment partie de ses membres. La plateforme s’est remobilisée il y a un peu plus d’un an quand les débats concernant la PAC d’après 2020 se sont ouverts.

Le Youtubeur Nicolas Meyrieux présente l’initiative dans une vidéo :

Pourquoi la PAC est critiquée ?

La PAC a été créée par l’Union européenne en 1962 afin de relancer les productions agricoles au sortir de la Seconde Guerre mondiale. Aujourd’hui, la PAC représente environ 40 % du budget européen. La France est l’État membre de l’Ue qui bénéficie le plus du budget de la PAC : elle reçoit environ 9 milliards d’euros par an. 70 % du budget de la PAC est attribué directement aux agriculteurs : plus leur surface de production est importante, plus ils reçoivent de subventions.

Aujourd’hui, la PAC bénéficie en grande partie à ceux qui pratiquent l’agriculture intensive. On sait pourtant que ce type de culture, utilisant beaucoup de pesticides, sur de grandes surfaces, a des effets négatifs sur la qualité des sols, l’eau et la biodiversité. De plus, cette politique permet à l’Europe d’exporter des produits à bas coût sur les marchés africains, au détriment de l’économie locale.

À lire aussi : Quels scénarios pour un monde sans exploitation animale ?

Quelles sont les propositions de la plateforme ?

Les orientations de la PAC sont normalement définies tous les 5 ans, mais « il y a des chances pour que la programmation actuelle soit prolongée d’un an ou deux ans, le temps de se mettre d’accord », nous explique Jacques Morineau, porte-parole de la plateforme. La Commission européenne doit faire une proposition qui est ensuite débattue au Parlement. La composition du futur Parlement européen, en fonction des élections qui auront lieu partout dans l’Union européenne, entre le 23 et le 26 mai 2019, sera donc déterminante.

« Notre objectif est de mobiliser un maximum de personnes autour du sujet de la réforme de la PAC, nous comptons sur la mobilisation citoyenne, mais échangeons également avec des parlementaires, et le gouvernement, pour faire évoluer la position française » affirme Jacques Morineau. De plus, la plateforme est en lien avec les collectifs des autres pays européens qui portent les mêmes idées qu’elles.

« Pour une autre PAC » milite pour une politique agricole qui favorise une agriculture plus respectueuse de l’environnement et une juste rémunération de producteurs. Le collectif souhaite que le bio, l’élevage herbager, et les autres systèmes sans pesticide, et protégeant le bien-être animal, soient plus subventionnés que l’agriculture intensive.

Afin de faire connaître ces pratiques, la plateforme a lancé, à l’occasion du dernier salon de l’agriculture, la campagne « Tablons sur nos paysans », une série de portraits inspirants en vidéos, tels que celui de Rémi, qui fait de l’agroforesterie :

À lire aussi : Loi agriculture et alimentation : de grosses déceptions


  •  
  •  
  •  
  •  
  •