• 63
  •  
  •  
  •  
  •  

EN BREF – Depuis quelques jours, des citoyens, dans le monde entier, partagent sur Facebook et Twitter des photos avant et après un nettoyage d’une plage ou d’une forêt. Une action visant à encourager d’autres personnes à sauter le pas et à sensibiliser au problème des déchets sauvages.

Il ne suffirait de pas grand-chose pour que les gens s’y mettent et nettoient les voies publiques, les espaces naturels, les plages ou les forêts. De nombreux déchets, sans parler des décharges sauvages, terminent leur course sur le sol et se décomposent dans la terre, au mauvais endroit. Des emballages en plastique, des bouteilles en verre, des bouts d’objets non identifiés, des papiers, des ampoules ou du textile sont jetés n’importe où.

Mais ça peut changer : de plus en plus de citoyens lancent l’alerte et participent à des séances de nettoyages participatifs, comme UP l’avait déjà raconté. Pour sensibiliser le plus de monde possible, des internautes américains ont relancé début mars sur Facebook et Twitter, un hashtag, “trashtag”, qui existait depuis 2015 sur les réseaux sociaux (il avait été lancé par l’entreprise américaine UCO).

Challenge accepted !

A lire aussi : Il fabrique une poubelle sous forme de poisson pour sensibiliser sur les déchets

L’idée : ils postent une photo d’un lieu sali (une plage, un bois, par exemple), le nettoient, puis postent un second cliché pour voir le résultat avec le hashtag « trashtag ». C’est simple, efficace, chacun peut passer à l’action.

Tweet @plogolution

Le défi cartonne ! L’opération citoyenne a pris de l’ampleur en Amérique du Nord, mais ailleurs aussi. Sur Twitter, on découvre des photos aux États-Unis, en Californie, dans le Tenessee, dans le Maryland, puis en Asie. A quand des défis de la sorte aux quatre coins de la France, et ailleurs en Europe ?


  • 63
  •  
  •  
  •  
  •