• 109
  •  
  •  
  •  
  •  

EN BREF – 15 % des espèces de plantes sont menacées en France. L’urbanisation grandissante, l’usage de pesticides et la modification des habitats naturels en sont les causes.

On parle souvent des animaux menacés d’extinction, et moins des plantes. Pourtant, 15 % de la flore française risque de disparaître, soit 742 variétés, selon une étude menée par le Comité français de l’Union internationale pour la conservation de la nature, la Fédération et le réseau des Conservatoires botaniques nationaux, l’Agence française pour la biodiversité et le Muséum national d’Histoire naturelle, qui ont notamment pris en compte les inventaires de citoyens bénévoles.

A lire aussi : Le succès des sciences participatives

Citons, par exemple, le séneçon des cours d’eau, la spiranthe d’été, le bouleau nain, l’alsine sétacée, la nigelle des champs, la turgénie à larges feuilles qui sont menacées à des degrés divers (danger critique, danger, vulnérable, quasi menacé). En tout, 15 % des fougères, 5 % des arbres arbustes et 15 % d’autres plantes à fleurs sont en danger ! A noter que 63 espèces des 742 menacées ne se trouvent qu’en France et nulle part ailleurs.

Plantes indigènes et exotiques

En cause, la modification des habitats naturels, l’urbanisation croissante et l’artificialisation des terres, mais aussi l’abandon de certaines pratiques agricoles, la canalisation des cours d’eau et l’usage excessif d’herbicides.

L’enquête ne concerne que les 4 982 plantes “indigènes” françaises, soit les espèces dont la présence a été avérée avant le 16ème siècle sur le sol français. Les espèces introduites après cette date sont considérées comme des espèces “exotiques” – il y en a 1 088 – n’ont pas été comptées dans l’étude.

En tout, la France compte 6 070 plantes sauvages, dont 210 plantes indigènes qui n’existent que dans l’Hexagone. En Europe, seules l’Espagne, la Grèce et l’Italie en possèdent davantage.


  • 109
  •  
  •  
  •  
  •