PARTENARIAT – UP le mag s’associe avec la Métropole de Lyon pour vous faire découvrir les innovations sociales de ce territoire. Aujourd’hui, focus sur l’inclusion numérique pour lever les freins à l’emploi.

Lancé par la direction Insertion et emploi de la métropole de Lyon, en mars 2018, l’appel à projets « Inclusion numérique » a pour objectif de cofinancer, à parité avec le Fonds social européen (FSE), des projets visant à développer l’inclusion numérique dans le territoire du Grand Lyon en 2018-2019. En d’autres termes, faciliter l’accès aux droits et aux services publics en ligne, ainsi que l’acquisition des compétences numériques indispensables aux démarches d’insertion professionnelle, comme l’utilisation du smartphone pour la recherche d’un emploi.

Car l’idée est bien là : faciliter l’accès au marché du travail. Un Français sur cinq se déclare en “fragilité numérique” et la multiplication des services en ligne aggrave la fracture sociale. Cinq associations, soutenues par la métropole de Lyon, ont été choisies, pour mettre en œuvre des projets d’insertion numérique sous forme de formations et d’ateliers sur l’ensemble du territoire de la Métropole de Lyon

Leur mission ? Accompagner les personnes en situation de pauvreté, en âge d’intégrer le marché du travail. Et ce, sur l’ensemble du territoire de la métropole. Les actions ont commencé en novembre 2018 et se déroulent jusqu’à fin 2019.

Les clauses d’insertion du secteur du numérique

La métropole de Lyon a intégré des clauses d’insertion dans des marchés publics du numérique pour promouvoir l’emploi de personnes rencontrant des difficultés particulières d’insertion. L’objectif ? Ouvrir des opportunités d’emploi à des publics intéressés par les métiers du numérique, sans pour autant disposer des diplômes ou qualifications au départ, mais pour lesquels il existe une forte attractivité et de nombreuses formations professionnelles. C’est aussi un moyen d’encourager les entreprises du numérique à diversifier les profils recrutés. Des marchés d’externalisation de la maintenance informatique ont récemment permis le recrutement d’une jeune diplômée (de niveau bac+5 en urbanisme), d’une demandeuse d’emploi de longue durée, en reconversion dans l’informatique, mais aussi la présélection de nombreux candidats au RSA proposés aux entreprises qui ont des besoins de recrutement.