• 22
  •  
  •  
  •  
  •  

PARTENARIAT- Ce mois-ci, Up le mag vous fait découvrir les acteurs de de l’innovation sociale sur le territoire de la Métropole de Lyon. Aujourd’hui, rencontre avec David Kimelfeld, président de la Métropole de Lyon. Il nous explique en quoi le soutien à l’écologie et l’économie sociale et solidaire favorise le développement économique local.

La Métropole de Lyon ambitionne de devenir « la capitale européenne » de l’innovation sociale. Quels sont les moyens mis en œuvre pour atteindre cet objectif ?

L’ESS et l’innovation sociale sont deux priorités majeures inscrites au sein de notre programme de développement économique. Ce secteur complémentaire au service public et à l’offre privée concurrentielle classique a vocation de véritablement changer d’échelle. Les compétences sociales et économiques, dont dispose aujourd’hui la Métropole, constituent une opportunité pour changer le regard et travailler à partir des besoins des personnes et des territoires.

Pour répondre à ces objectifs, nous avons mis en place une stratégie de soutien à l’ESS. Nous avons développé de nouveaux outils de financement de l’innovation sociale. Notre « écosystème » est assez complet. Nous avons également répondu à des appels à manifestation d’intérêt  (ex : économie circulaire, Zéro chômeur), dans le but d’asseoir le droit à l’expérimentation.

A quels besoins souhaitez-vous répondre ?

Les métropoles doivent répondre à trois grands défis : le défi du développement économique, le défi social et le défi environnemental. Les métropoles concentrent à la fois les richesses mais aussi les difficultés (inégalités, pollution, etc ). Je crois que la résolution de ces grands défis passe précisément par l’innovation sociale. Elle permet de trouver des solutions en mobilisant la société. Des solutions alternatives, décentralisées, sont aujourd’hui possibles, grâce notamment aux innovations numériques.

Quelles sont les expérimentations lyonnaises qui pourraient inspirer l’ensemble de la France ?

L’Autre soie, qui a ouvert il y a un an, est, je pense, l’un des projets les plus innovants du territoire. Construit sur le site de l’ancien IUFM à Villeurbanne, il est le fruit d’une alliance entre un centre culturel et un bailleur social. Il mêle différentes formes d’habitat, un équipement culturel, des espaces de coworking et des entreprises de l’ESS. Il permet de créer des synergies entre les politiques publiques du logement, l’action sociale, l’éducation populaire, le développement économique et la culture. Je pense aussi aux donneries que nous avons créées au sein de plusieurs déchetteries de la Métropole. Ce service est proposé, en partenariat avec des entreprises de l’économie sociale et solidaire, pour limiter la production de déchets. La Métropole de Lyon est également le seul territoire urbain à expérimenter, depuis novembre 2016, le projet Territoire zéro chômeur de longue durée.

La Métropole de Lyon souhaite créer un pont entre l’économie classique et l’économie sociale et solidaire. Comment ?

Il existe déjà des liens étroits entre les deux. Des entreprises privées lucratives s’engagent sur le territoire dans la tradition lyonnaise d’humanisme social. La Métropole organise également, avec la CRESS, des rencontres d’affaires entre entreprises de l’ESS et entreprises classiques : l’objectif est de développer le chiffre d’affaires des premières via des démarches d’achats responsables des secondes.  

Les projets d’entrepreneuriat social créent-ils réellement de la richesse sur le plan économique ?

Oui, c’est une évidence. Aujourd’hui, le secteur représente 5 000 établissements, 65 000 salariés, soit 10 % de l’emploi total de la Métropole. Le secteur a même progressé de 4 % environ. Au-delà de la valeur économique, ces entreprises développent de la valeur sociale et sociétale. L’enjeu est d’imaginer de nouveaux outils pour mesurer plus efficacement l’impact social et environnemental : le bien-être, la convivialité, l’environnement, le vivre-ensemble sont des valeurs sources d’attractivité, mais aussi d’innovation.

Pourquoi venir développer un projet d’entrepreneuriat social à Lyon plutôt qu’à Paris ou à Bordeaux ?

Nous avons la chance de pouvoir nous appuyer sur un écosystème performant, issu d’une longue histoire et d’une tradition humaniste forte (Habitat et humanisme, les Petits frères des pauvres, ENVIE, Bio force, Forum réfugiés…). Une vingtaine de structures spécifiques accompagnent 200 entrepreneurs par an.

Nous venons, également, de lancer sur l’ensemble du territoire une maison métropolitaine d’insertion pour l’emploi. Depuis le 1er janvier 2019, cette nouvelle organisation va permettre d’harmoniser les missions et dispositifs des différents acteurs du territoire. L’objectif : mieux répondre aux besoins des entreprises et faciliter le retour à l’emploi des personnes qui en sont éloignées grâce à une action plus lisible et efficace. La Métropole de Lyon, dans le cadre de la stratégie nationale contre la pauvreté, vient en outre d’être choisie pour être l’un des dix territoires démonstrateurs appelés à contractualiser dès 2018 avec l’État.

À Lyon, un interlocuteur dédié à l’ESS répond à vos questions

Vous êtes porteur de projet, responsable d’une structure de l’ESS, chef d’entreprise et souhaitez développer un projet d’innovation sociale ? La Métropole de Lyon est pour vous une porte d’entrée sur l’écosystème local. Quel que soit votre statut, Alban Derrien, chargé de mission et expert de l’Économie Sociale et Solidaire sur le territoire lyonnais vous orientera vers les bons dispositifs d’accompagnement et de financement pour concrétiser votre projet. « J’entretiens des relations de proximité avec l’ensemble des acteurs de ESS du territoire lyonnais. Mon rôle est à la fois de faciliter les partenariats, les rencontres, mais aussi de faire de la pédagogie sur le fonctionnement de la Métropole », explique-t-il. Animer la communauté, créer des évènements pour fédérer les énergies, co-construire des projets structurants en lien avec les compétences de la Métropole, les missions d’Alban sont très larges et n’ont qu’un seul objectif : faciliter la création d’activité d’intérêt général et vous aider à développer vos projets.

Contact : Alban Derrien, chargé de mission ESS : 06 80 44 70 70


  • 22
  •  
  •  
  •  
  •