EXTRAIT DU MAG – Les auteurs de science-fiction avaient rêvé d’un monde repoussant les limites de l’espace et du temps. Et si ce monde fantasmé devenait réalité ? Autonomes, ultra-rapides, fonctionnant sans énergie fossile, voici à quoi ressembleront les véhicules du futur.

Un taxi volant électrique

Un drone à taille humaine totalement silencieux, tel est le projet développé par la start-up allemande Volocopter. Ce véhicule aux faux airs d’hélicoptère pourrait devenir l’un des taxis volants du futur. Cet appareil de 300 kg, doté de 18 rotors et de 9 moteurs électriques, a été aménagé pour deux personnes et se déplace dans les airs à 50 km/h environ, sur une distance de 27 km maximum.

Il devrait être déployé dans des villes de plus d’un million d’habitants, au trafic autoroutier saturé, avec l’objectif de transporter jusqu’à 10 000 passagers par jour sur des courtes distances. Ce système nécessitera des aménagements sur les toits des immeubles, pour y installer des stations d’embarquement. Les batteries seront changées automatiquement par des robots. Ces taxis volants avec pilote devraient être opérationnels d’ici 3 à 5 ans. La ville de Dubaï est particulièrement intéressée par ce projet. U

L’Hyperloop, le train plus rapide que l’avion ?

L’idée de ce train subsonique a été popularisée par Elon Musk, directeur général de Tesla, à partir de 2013. Fondé sur un système de propulsion sans frottement ni pollution, le concept Hyperloop, aujourd’hui développé (entre autres) par la société canadienne TransPod, vise à transporter des passagers et des marchandises à plus de 1 100 km/h. La propulsion est assurée par des électroaimants.

Les wagons du futur, qui ressemblent à des cabines pressurisées en forme de tube, lévitent au-dessus du sol à grande vitesse. Ce train subsonique permettrait par exemple de relier Lille à Marseille en moins d’une heure. De quoi  bouleverser notre rapport au temps et à l’espace… Ce train ultra-rapide se veut écolo car il ne rejette pas d’émission de CO2 et fonctionne à l’électricité.

Le dernier essai pour l’Hyperloop a réussi à porter la capsule à une pointe de 310 km/h en août dernier. TransPod a d’ailleurs choisi la France pour tester ce train du futur. La plus longue piste d’essai pour ce projet va en effet être installée dans le village de Droux, en Haute-Vienne. La start-up canadienne espère inaugurer une première ligne commerciale à 1 000 km/h autour de 2030. 

Un bus sans chauffeur

Des navettes électriques de 16 places et sans conducteur devraient être déployées au cours de l’année dans l’Essonne. Ces véhicules baptisés « I-Cristal » ont été développés par le groupe Transdev, un expert mondial de la mobilité urbaine, et l’industriel français Lohr. Ils circuleront sur une voie de bus, en soirée et la nuit, entre la gare de Massy et le Campus de Saclay, sur une distance d’environ 3 km.

Ces bus sans chauffeur se déplacent à une vitesse de 50 km/h et leurs trajets sont préprogrammés. Ces véhicules autonomes sont équipés de différents capteurs : caméras et radars pour scanner l’environnement et éviter les obstacles. Les communications audio et vidéo entre les passagers et le poste de contrôle restent cependant possibles à tout moment pour pouvoir arrêter le bus en cas de malaise d’un voyageur, par exemple.

Une voiture-couchette autonome

Le constructeur suédois Volvo a dévoilé un modèle de voiture électrique totalement autonome qui pourrait bien révolutionner notre façon d’envisager nos déplacements. Libérés de la conduite, nous seront invités à utiliser un temps précieux pour dormir, manger, recevoir des amis ou organiser des réunions de travail tout en nous déplaçant… L’espace intérieur de la 360c est en effet composé d’un habitacle modulable. La voiture peut donc prendre différentes formes : chambre à coucher, bureau, salon, espace de réunion…

L’objectif est de proposer une alternative aux trajets en avion et de concurrencer les vols intérieurs sur des courtes distances. L’industriel automobile n’a pas encore communiqué la date potentielle de commercialisation de son modèle autonome futuriste qui est actuellement à l’état de prototype.

Des bulles futuristes pour se déplacer sur la Seine

Le sea bubble est un véhicule éléctrique

Des navettes propulsées à l’électricité glissant au-dessus de l’eau sans faire de bruit ni de vagues, voici en quelques mots le concept des Sea Bubbles. Demain, vous risquez fort de croiser ces véhicules qui ressemblent à des bulles, sur la Seine, au milieu des bateaux-mouches. Ce concept innovant développé par l’ancien skipper Alain Thébault a obtenu le feu vert des voies navigables de France pour circuler sur le fleuve parisien à une vitesse maximale de 25 nœuds, soit environ 40 km/h, à partir du printemps prochain.

Ces vaisseaux futuristes inspirés de l’aéronautique pourront être utilisés sur la Seine pour le prix d’une course de taxi. La société Sea Bubbles souhaite ouvrir sa première ligne régulière à Paris entre le Trocadéro et Paris-Gare-de-Lyon. Chaque bulle pourra transporter jusqu’à quatre personnes en plus du chauffeur. Une solution écologique sans aucune émission de CO2  qui intéresse également les villes de Saint-Tropez et de Dubaï.

Cet article est extrait du dernier numéro de UP le mag, avec un dossier consacré au thème : “Peut-on se passer de la voiture ?”, à retrouver sur notre boutique, en version papier ou numérique.

https://www.up-inspirer.fr/wp-content/uploads/2018/12/UP22-couv.jpg
https://www.up-inspirer.fr/wp-content/uploads/2018/12/UP22-4.jpg
https://www.up-inspirer.fr/wp-content/uploads/2018/12/UP22-5.jpg
https://www.up-inspirer.fr/wp-content/uploads/2018/12/UP22-12.jpg
https://www.up-inspirer.fr/wp-content/uploads/2018/12/UP22-13.jpg
https://www.up-inspirer.fr/wp-content/uploads/2018/12/UP22-46.jpg
https://www.up-inspirer.fr/wp-content/uploads/2018/12/UP22-47.jpg
https://www.up-inspirer.fr/wp-content/uploads/2018/12/UP22-61.jpg