•  
  •  
  •  
  •  
  •  

EXTRAIT DU MAG – Objet commode, indispensable, ostentatoire, l’automobile, malgré l’empreinte écologique, reste encore synonyme de liberté et d’autonomie, pour une majorité de Français.

Le marché automobile se porte bien en France. Selon le Comité des constructeurs français d’automobiles, le nombre d’immatriculations de voitures particulières neuves a bondi de 9,2 % en 2018. En tout, 8 Français sur 10 possèdent au moins un véhicule. Comment expliquer cette « performance » ? Tout simplement, car « la voiture offre une mobilité facilitée, une portée, une vitesse de déplacement accrues et une liberté de mouvement décuplée, nous explique Laurent Fouillé, sociologue et auteur de la thèse intitulée L’attachement automobile mis à l’épreuve. « Les Français, comme leurs voisins, poursuit-il, ont majoritairement vécu l’accès à l’automobile comme une émancipation, couplée en Europe avec une période de progrès social et économique durant Les Trente Glorieuses. »

Au temps où les congés payés se développent, entre les années 50 et 80, les Français achètent des véhicules pour partir en vacances en famille, loin des usines, loin des galères du quotidien. Des ménages qui réclament des pauses estivales à la campagne, au bord de la mer et qui prennent la route pour se rendre notamment dans le sud de la France. Les images des nationales, peuplées de DS pleines à craquer, les parents devant, les enfants derrière, restent dans les mémoires collectives.

La chercheuse en urbanisme et consultante en mobilité Marie Huyghe renchérit : « La voiture, notamment les passionnés, est en outre le signe d’une réussite sociale. On aime montrer la voiture dans laquelle on roule. »

Dis-moi quelle voiture tu possèdes, je te dirai qui tu es…

La voiture fait rêver, elle est un objet ostentatoire par excellence. « Tout le monde ne vient pas chez vous, mais tout le monde peut potentiellement vous voir au volant, glisse Laurent Fouillé. Les propriétaires de Clio, par exemple, ne disent pas grand-chose à travers leur véhicule, comme s’ils portaient des habits neutres, analyse-t-il. En revanche, la gamme des véhicules offre une panoplie d’habitacles qui mettent en scène leur conducteur (d’où le travail permanent des gens du marketing, des designers et des publicistes) et affichent un message. La Tesla, comme la Prius, il y a quelques années, est le modèle qui démontre à la fois la richesse et la conviction de moins polluer. Pour le même ordre de prix, une Porsche Cayenne donne une autre image de son conducteur. Des véhicules moins onéreux, sont tout aussi clivants ou marquants : les Fiat 500 ou Citroën DS sont, par exemple, très féminines. »

À lire aussi : Comment réduire la place de la voiture ? Les exemples de nos voisins

Objet ostentatoire, donc, mais aussi, et surtout, moyen de déplacement au quotidien. Si, pour les citadins, en général les moins motorisés, les automobiles provoquent certaines nuisances (pollution, bruit, risques d’accident, etc.), les véhicules, pour de nombreux périurbains et ruraux, restent, selon Laurent Fouillé, « l’unique moyen de transport disponible ».

« Poursuivre le rêve automobile »

Dans certains cas, il peut y avoir des solutions alternatives plus écologiques comme le transport en commun (voire p.24). Mais, nuance Marie Huyghe, les personnes habitant loin des centres-villes ne vont pas pour autant « faire autrement » juste parce qu’utiliser la voiture chaque jour pollue. Très souvent, le critère « vert » ou « environnement » ne rentre pas en compte, même si une majorité de personnes estiment que rouler dans une voiture « propre » est une bonne action. En réalité, posséder une voiture est considéré comme un « besoin et le mode est considéré comme inéluctable », conclut Marie Huyghe. Et il ne faut pas oublier que les trajets en automobile sont considérés comme « un sas de décompression après le boulot, un moment où l’on se détend, seul », précise-t-elle.

Oui, la bagnole reste omniprésente dans notre société, et Laurent Fouillé voit mal comment cela pourrait changer. « Les technologies hybrides, électriques, voire hydrogènes, ainsi que les véhicules autonomes proposent des possibilités de développement dans leur conduite, qui sont autant de moyens de poursuivre le rêve automobile collectif. »

À lire aussi : La voiture électrique en progrès

Urbains et « autophobes »

Néanmoins, certains considèrent les automobiles comme des objets encombrants et aliénants. « Les gains individuels de vitesse ont fini par engendrer un ralentissement généralisé. Chacun éprouve le non-sens de l’immobilisation dans un embouteillage, alors que la voiture et la route sont pensées pour la vitesse et le gain de temps. » Un sentiment surtout présent en ville, où l’argument écologique entre davantage en compte – mais où l’offre alternative est plus attrayante.

Là-bas, certains voient la voiture essentiellement comme un objet polluant. En s’en débarrassant, ils cherchent à démontrer qu’il est tout à fait possible de se déplacer autrement. « Les no cars, qui sont ultra-minoritaires, sont des urbains non motorisés par choix, qui s’inscrivent dans la mouvance militante et s’accommodent très bien de la gentrification des centres-villes. » Néanmoins, glisse Laurent Fouillé, plus nombreux sont ceux, en ville, mais aussi en zone périurbaine, qui gardent leur véhicule, mais la laissent un peu plus au garage. « Des habitants font le choix de covoiturer, de se déplacer en train pour se rendre à leur travail, d’effectuer un maximum de déplacements à pied ou en vélo… » Histoire de prendre l’air, et de ralentir…

Cet article est extrait du dernier numéro de UP le mag, avec un dossier consacré au thème : “Peut-on se passer de la voiture ?”, à retrouver sur notre boutique, en version papier ou numérique.

https://www.up-inspirer.fr/wp-content/uploads/2018/12/UP22-couv.jpg
https://www.up-inspirer.fr/wp-content/uploads/2018/12/UP22-4.jpg
https://www.up-inspirer.fr/wp-content/uploads/2018/12/UP22-5.jpg
https://www.up-inspirer.fr/wp-content/uploads/2018/12/UP22-12.jpg
https://www.up-inspirer.fr/wp-content/uploads/2018/12/UP22-13.jpg
https://www.up-inspirer.fr/wp-content/uploads/2018/12/UP22-46.jpg
https://www.up-inspirer.fr/wp-content/uploads/2018/12/UP22-47.jpg
https://www.up-inspirer.fr/wp-content/uploads/2018/12/UP22-61.jpg



  •  
  •  
  •  
  •  
  •