DANS l’ACTU –  En France, la suspension de la taxe carbone sur le carburant en 2019 a fait réagir les associations environnementales mobilisées face à l’urgence climatique. Comment concilier transition écologique et justice sociale ? Voici 10 solutions proposées par le Réseau Action Climat, qui fédère les associations mobilisées contre le réchauffement climatique.

Les mesures sociales d’accompagnement de la transition écologique sont au cœur des discussions de la COP 24 organisée en Pologne, où sont actuellement réunis 190 dirigeants de la planète. Le ministre de l’Environnement polonais réclame un accompagnement social pour les salariés des mines de charbon afin d’accompagner la transition vers des énergies renouvelables et sortir des énergies fossiles. Quant à la France, comment peut-elle mettre fin à sa dépendance au diesel et à l’essence sans pénaliser les plus précaires ? Pour Fanny Lebon, responsable plaidoyer de l’ONG Care France, association membre du Réseau Action Climat, aux côtés de Greenpeace, WWF, ou encore Oxfam, la mobilisation des gilets jaunes démontre “qu’une action crédible sur le climat doit reposer sur les principes d’une transition juste et solidaire qui puisse garantir la justice sociale et contribuer à réduire les inégalités“. Les associations impliquées dans la lutte contre le réchauffement climatique ont donc proposé 10 mesures pour sortir de la crise.

Des mesures d’urgence pour accompagner le changement

1. Augmentation de la prime à la conversion (elle est actuellement de 1 000 euros et peut monter jusqu’à 2 000 euros pour les ménages non imposables) et création d’un prêt à taux zéro pour financer des véhicules propres.

2. Une aide financière en faveur de la mobilité dans les territoires où la voiture est indispensable faute de transports alternatifs pour les actifs et les personnes en recherche d’emploi.

3. Rendre obligatoire le remboursement par l’employeur de tous les moyens de déplacement domicile-travail (indemnités kilomètres pour les trajets en vélo, train, transports en commun)

4. Création d’une prime à la “mobilité durable “, pour financer les moyens de déplacement alternatifs au tout-voiture (vélo, vélo électrique, abonnement à un service d’autopartage, covoiturage).

5. Création d’un guichet unique pour faciliter l’accès aux aides financières existant au niveau local, régional et national destinées à faire face à la hausse du carburant.

Des solutions pour agir sur le long terme

 6. Consacrer 1 milliard d’euros durant le quinquennat pour financer des nouveaux transports en commun.

7. Développer les pistes cyclables pour soutenir le développement du vélo à hauteur de 200 millions par an.

 8. Instaurer une fiscalité écologique pour les secteurs d’activité émetteurs de gaz à effet de serre tels que le transport routier et le transport aérien de marchandises.

  9. Obliger les constructeurs automobiles à développer des véhicules propres adaptés d’ici 2030.

  10. Investir pour préserver les lignes de train actuellement menacées dans certaines régions (selon le syndicat Sud Rail, 40% des petites lignes jugées pas assez rentables pourraient fermer d’ici 2021  en région Midi-Pyrénées par exemple).


Commentaires