PODCAST – Une émission radio réalisée par Pop’Sciences revient sur les habitats collaboratifs, participatifs, groupés ou encore autogérés.

« Citoyens, la ville de demain nous appartient » est le thème du Pop’Sciences Forum (qui se déroule jusqu’au 5 décembre, à Lyon) rassemblant chercheurs, citoyens, entreprises et associations. Ces journées sont organisées par Pop’Sciences, portail numérique conçu et animé par l’Université de Lyon (UdL).

À cette occasion, une émission radio participative a été enregistrée sur le thème « Opportunités et limites du logement collaboratif », avec les géographes Guillaume Faburel (Université Lyon 2, Laboratoire Triangle, École urbaine de Lyon) et Aurore Meyfroidt (laboratoire PACTE, Labex intelligences des mondes urbains) et animée par Samuel Belaud de l’Université de Lyon.

Les habitats collaboratifs, qu’ils soient participatifs, groupés ou encore autogérés sont autant de manières pour les citoyens de reprendre le pouvoir la manière de penser l’habitat, mais aussi de faire émerger de nouvelles manières de vivre en collectif. Un modèle d’avenir ? Comme l’explique Aurore Meyfroidt, à Vienne, en Autriche, il y a une longue tradition de logements collectifs à dimension sociale, et depuis les années 2000 de nouvelles formes d’habitats alternatifs se développent. En France, en revanche, les initiatives sont moins nombreuses, mais font beaucoup parler d’elles. L’habitat groupé ainsi est de plus en plus envisagé comme une solution pour les séniors. Dans le même temps, des colocations géantes et écolos entre jeunes actifs commencent à émerger. Un remède à la crise du logement ?

Retrouvez l’émission ci-dessous :


Commentaires