La comédienne Juliette Katz a lancé Coucou les girls, une chaîne Youtube qui, avec beaucoup d’autodérision, adresse un message rassurant pour les femmes gênées par leur corps : elle leur propose de rester elles-mêmes. Tout simplement. 

Dans Gros n’est pas un gros mot, les militantes Daria Marx Eva Perez-Bello, fondatrices par ailleurs d’un collectif nommé Gras politique, dénoncent la grossophobie encore très présente en France. Celle-ci se vit au quotidien, au travers de remarques déplacées ou d’insultes dans les transports en commun. Selon l’Organisation mondiale de la santé, 15 % des adultes en France sont en état d’obésité.

Des initiatives sur le net émergent d’un peu partout pour lutter contre cette discrimination encore assez peu médiatisée. Exemple, sur le réseau social Instagram et la plateforme Youtube, la comédienne Juliette Katz a lancé Coucou les girls, une chaîne qui démonte façon puzzle les youtubeuses beauté et les canons qui régissent leurs fameux tutos.

Au départ, Juliette Katz avait lancé une page Facebook « pour faire marrer » ses potes. Son indéniable talent pour l’autodérision et ses vannes qui ont fait mouche ont très vite rendu viraux ses publications. Ainsi, elle a très vite décidé de créer une chaîne Youtube et un compte Instagram, et a rassemblé des centaines de milliers d’abonné(e)s.

À lire aussi : Des séances bien-être pour les femmes en grande précarité

Dans une interview pour le blog Les nanas de Paname, Juliette Katz donne la raison, pertinente et clairvoyante, qui l’a poussée à se mettre en scène : « On est de plus en plus dans le narcissisme, dans le paraître et dans ces images de vies parfaites qu’on voit sur Instagram, Tumblr, etc. Du coup, cela fait du bien de voir quelque chose de léger dans le sens inverse. Je pense que les nombreuses nanas sur Youtube qui font des tutos beautés, des vlog, des look book, réduisent la femme à quelque chose qui me déplaît. »

Extrait de la page Instagram
coucou les girls... pour lutter contre la grossophobie

Juliette Katz était aussi l’invitée de Brut. Elle ne s’affirme pas porte-voix de ces filles qui ne s’acceptent pas, mais c’est tout comme.


Commentaires