VERNISSAGE – “CIRCULEZ ! Mobilité : mais où va-t-on ?” au MAIF Social Club (Paris)


Expo, performances, soirées 3×1, ateliers : le MAIF Social Club vous propose de septembre 2018 à janvier 2019 de réfléchir autour des nouvelles formes de mobilité.

No sin mujeres, réclame-t-on en Espagne. Pas sans les femmes, le cri de ralliement d’un mouvement lancé par des analystes, politologues, économistes, juristes, professeures universitaires, ou encore journalistes qui refusent de participer aux conférences, où aucune experte n’est invitée.

En France, la ministre de la Culture, Françoise Nyssen, présentait début 2018 une feuille de route « Égalité Femmes/Hommes » imposant des objectifs chiffrés de programmation d’artistes femmes aux structures publiques labélisées.

Pour cette rentrée 2018, le MAIF Social Club s’engage, à son tour, à mener une programmation égalitaire et paritaire, que ce soit dans le cadre des débats d’idées ou des performances artistiques (soirées 3×1), de l’exposition Escales en vue ou des ateliers.

Pendant trois mois, à l’automne 2018,  le MAIF Social Club accueillera donc 47 intervenantes et 47 intervenants, tous invités à prendre la parole sur la question de la mobilité.

En espérant que vous aurez du plaisir à les découvrir  !

© Baptiste César et YoNi DouKHan / Le Rad’Ô Jewel, 2018

Vernissage de l’exposition Escales en vue, le samedi 6 octobre de 14h à 19h (entrée libre)

Montez sur un radeau, décrochez la lune, observez des escargots… un mélange de 12 œuvres multimédia et interactives autour des nouvelles questions de mobilités ! Des visites guidées vous seront proposées toutes les 30 minutes avec la commissaire, AnneSophie Bérard, et la médiatrice culturelle du MAIF Social Club. Ce sera également l’occasion de rencontrer les artistes présents.

Participez aussi à une animation sérigraphie à vélo avec Alexandre Martin, printbiker, et repartez avec votre tote bag personnalisé

Antonin Fourneau -Trace de vie*.

Un mot sur Escales en vue

L’exposition Escales en vue proposée par la commissaire AnneSophie Bérard, est pensée comme une promenade ouverte, une réflexion poétique sur notre propre mobilité.

Commencez la promenade avec la vidéo LoveLand de Stéphanie Lagarde, qui évoque l’idéalisation de la conquête des terres promises. Ralentissez pour contempler les escargots lumineux d’Antonin Fourneau dans son installation Trace de vie*. Vous venez d’entendre un avion ? C’est l’œuvre Trafic aérien de Cécile Babiole, qui rend palpable, en temps réel, la densité de l’activité aérienne au-dessus de nous. Et puisque la mobilité est inhérente à la vie, voyagez dans le temps grâce au Paysage rupestre de Samuel Rousseau qui donne vie et mouvement à des dessins de l’ère paléolithique.

Au centre de la promenade, embarquez sur le Râ d’Ô jewel* de Baptiste César & YoNi DouKHan, entièrement fabriqué à partir d’encombrants récupérés dans les rues de Paris. Appréciez la délicatesse de l’œuvre Ulysses, a long way de Jean-Christophe Norman : l’artiste écrit à la craie blanche, sur le sol des villes, le texte Ulysses de James Joyce sous la forme d’une ligne continue. Découvrez la maison mobile et sans roue, déplacée le long de la Seine par l’artiste Laurent Tixadordans son œuvre Croisière sur berge. Tout près de lui, regardez la Fenêtre* de Matthieu Tercieux, qui est interactive : pour qu’elle s’ouvre, il faudra s’en approcher !

L’imaginaire et le rêve prolongent la promenade. Marchez littéralement sur une autre planète en arpentant Inverted Relief de Flavien Thery, un tapis avec une image satellite anaglyphe du sol de Mars. Vient le temps de pédaler avec Soleil Vert*, Variations de Charlotte Charbonnel : laissez-vous emporter par le paysage lumineux que votre effort produira ! La photographie Swing de Dorota Buczkowska vous attend pour un doux rêve : une balançoire, suspendue à deux ballons d’hélium. Puis, voyez comme on peut voyager à l’intérieur de son propre quartier avec les Smell maps* de Kate McLean : des cartes olfactives qui proposent une nouvelle appréhension du territoire.


Commentaires